Noyés de la Deûle : trois membres de l'extrême droite mis en examen

Les équipes de recherches avaient sondé la Deûle, à Lille, pour retrouver les corps des disparus en 2011.
Les équipes de recherches avaient sondé la Deûle, à Lille, pour retrouver les corps des disparus en 2011. (EDOUARD BRIDE / MAXPPP)

Rebondissement dans l'affaire des noyés de la Deûle. L'une des cinq victimes aurait été piégée et violentée par des membres de l'extrême droite. 

Trois hommes ont été mis en examen dans l'affaire des noyés de la Deûle, selon une information de France Bleu Nord, jeudi 4 mai. Ils sont soupçonnés de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, à l'encontre d'Hervé Rybarczyk, l'un des cinq disparus retrouvé en 2011 dans la rivière lilloise. 

Les trois hommes inculpés sont membres de l'extrême droite, de la mouvance skinhead. Selon France Bleu Nord, ils auraient tendu un guet-apens à la victime qui, elle, était proche de la mouvance antifasciste.

Une affaire classée en 2014

Le corps d'Hervé Rybarczyk avait été repêché à Lille, dans la Deûle, près du port fluvial en novembre 2011. C'était le cinquième noyé, après John Ani (octobre 2010), Thomas Ducroo (février 2011), Jean-Mériadec le Tarnec (février 2011) et Lloyd Andrieu (septembre 2011). Le parquet de Lille avait classé les dossiers en 2014. Les enquêteurs avaient conclu à des suicides ou des morts accidentelles sur fond d'alcool. 

Ils penchent désormais vers la thèse d'un piège tendu par les membres de l'extrême droite à Hervé Rybarczyk, alors qu'ils se seraient affrontés sur leurs opinions à la sortie d'un bar où la victime donnait un concert avec son groupe de rock.

Selon le parquet et les gendarmes, ces mises en examen ne concernent que le seul cas d'Hervé Rybarczyk. Au départ, quatre hommes ont été interpellés en fin de semaine dernière dans le Nord et l'Oise mais seulement trois d'entre eux sont mis en examen.

Vous êtes à nouveau en ligne