Prévention des noyades et découverte de la natation : l'opération "J'apprends à nager" proposée dès 4 ans

L\'opération \"J\'apprends à nager\", à la piscine Frais-Vallon à Marseille, le 8 juillet 2019 (photo d\'illustration)
L'opération "J'apprends à nager", à la piscine Frais-Vallon à Marseille, le 8 juillet 2019 (photo d'illustration) (MAXPPP)

Plus de 300 000 jeunes ont déjà bénéficié de ce dispositif national, proposé désormais aux enfants de 4 à 12 ans.

Bonnets de bain sur le crâne et lunettes sur les yeux, douze enfants s'apprêtent à plonger dans le grand bain à la piscine Lothaire de Metz (Moselle). Ils bénéficient du dispositif "J'apprends à nager", lancé au niveau national en 2015, qui offre aux enfants jusqu'à 12 ans la possibilité d'apprendre à nager gratuitement, en priorité ceux résidant dans les quartiers prioritaires et dans les Zones de revitalisation rurale (ZRR). La première championne du monde française de natation Roxana Maracineanu, nommée ministre des Sports en septembre 2018, en a fait une priorité.

Plus d'une centaine de personnes sont mortes par noyade depuis le début de l'année 2019, dont 60 depuis le début du mois de juillet. Les jeunes de moins de 13 ans sont particulièrement concernés. À Metz, à la piscine Lothaire, ce groupe de douze enfants vient chaque jour, depuis fin juillet, pour apprendre à nager... "On commence avec un test, explique un éducateur, au micro de France Bleu Lorraine. On regarde le niveau des enfants, puis on adapte le contenu à chacun." 

Un dispositif élargi aux 4-6 ans

À l'issue des cours, les enfants obtiennent un petit diplôme, synonyme de fondamentaux acquis. La ministre des Sports a décidé en avril 2019 d'inclure les 4-6 ans au dispositif. "C'est une activité importante pour la sécurité des enfants", souligne Sébastien Marouzé, directeur technique du club de natation de Metz. Avec l'élargissement du dispositif, le club va devoir renforcer les moyens humains, mais peut s'appuyer sur les subventions de l'État : "Les éducateurs sont rémunérés, ce sont des professionnels".

Hugues Bilthauer, qui préside le comité de natation de Moselle, souligne que la natation n'est pas un sport comme les autres : "Quand on fait de la course à pied et qu'on est fatigué, on s'arrête. Il n'y a pas de mise en danger. La natation, si on ne sait pas nager, on risque de se noyer".

Apprendre à nager, c'est primordial. On voit le nombre d'enfants qui passent chez nous, et pour lesquels ces cours sont une vraie nécessité.Sébastien Marouzé, directeur technique du club de natation de Metzà France Bleu Lorraine

Le club de Metz voit également tout l'avantage que représente le dispositif "J'apprends à nager" pour son activité. "C'est le moyen pour nous, pour l'année prochaine, de proposer des stages aux enfants qui ont déjà participé une fois, et d'aider ces enfants-là à peut-être intégrer un sport qui'ils viennent de découvrir et qui leur plaît", conclut Sébastien Marouzé.

Reportage de Cédric Lang-Roth
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne