Nord : privée d'allocations, une mère de famille se suicide

Sans emploi, la jeune femme avait deux enfants âgés de 6 et 8 ans, dont une fille handicapée.
Sans emploi, la jeune femme avait deux enfants âgés de 6 et 8 ans, dont une fille handicapée. (GARO / AFP)

Le RSA et l'Aide pour le logement lui avaient été refusées parce qu'elle touchait une allocation enfant handicapé de 398 euros par la Belgique.    

Une mère de famille d'Armentières (Nord) s'est donné la mort, dimanche 3 juillet, après avoir été privée d'allocations, raconte La Voix du Nord. Sans emploi, Emilie Loridan avait deux enfants âgés de 6 et 8 ans, dont une fillette trisomique scolarisée en Belgique. Les aides de la Caisse d'allocations familiales lui ont été coupées parce qu'elle touchait une allocation enfant handicapé de 398 euros par la Belgique.

Selon La Voix du Nord, le père des deux enfants – dont Emilie Loridan était séparée – est belge et en activité. Elle devait donc percevoir l'allocation belge, qui était prioritaire, ce qui la privait de ses droits français. Mais la jeune femme, qui n'avait pas d'emploi et ne pouvait toucher ni le RSA ni l'Aide personnalisée au logement (APL), ne s'en sortait pas financièrement. 

Cette situation compliquée, la mère de famille l'avait expliquée à La Voix du Nord en mai, puis en juin. Elle avait dit être "à bout" et ne plus savoir "comment s'en sortir". Avant de se donner la mort, Emilie Loridan ne s’était pas présentée à son dernier rendez-vous avec les services sociaux et ne répondait plus au téléphone, selon le journal.

Vous êtes à nouveau en ligne