Nice : Carrefour expertisé avant la réouverture

(Maxppp)

Après l'effondrement d'une partie de la toiture du centre commercial Carrefour à Nice mercredi, un état des lieux est en cours. L'inspection et l'expertise sont nécessaires pour décider du calendrier de la réouverture du site. Une décision pourrait être annoncée jeudi, en fin d'après-midi. Le drame a été évité de peu mercredi soir : l'accident a fait deux blessés légers, alors que 200 mètres carrés du toit se sont effondrés.

Au lendemain de l'effondrement d'une
partie du toit de la galerie du centre commercial du Carrefour de Nice
qui a fait deux blessés légers, une
commission de sécurité est chargée d'établir l'état des lieux du site. La mairie de Nice prendra l'avis de ces experts, avant de décider du calendrier de la réouverture des portes. Une décision pourrait être prise en fin d'après-midi jeudi, vers 18h.

Les missions des experts

Les
experts et les représentants de la police, des pompiers et de la sécurité civile mènent depuis jeudi matin trois missions : des investigations sur 20
mètres carrés qui n'ont pas été fouillés depuis l'accident
, la configuration de
l'unique sortie provisoire de la galerie marchande et la sécurité globale du
public : employés et clients. Un point plus technique est en cours d'examen. Il concerne la "casquette" du centre commercial : il s'agit de vérifier l'écoulement sur la partie
supérieure du bâtiment, au-dessus du toit. Le préfet des Alpes-Martimes supervise les travaux de la commission. Selon son directeur de cabinet, Jehan-Eric Winckler, "la sécurité du public est prioritaire pour décider d'une réouverture ."

Le CHSCT avait dit son inquiétude

Le comité d'hygiène, de sécurité et
des conditions de travail de Carrefour a fait savoir qu'il avait lancé l'alerte
à plusieurs reprises sur un écoulement anormal de l'eau et des infiltrations
remarquées. Un délégué élu au CHSCT, Robert Arribas affirme que carrefour avait été prévenu des infiltrations et à plusieurs reprises.

"On avait des craintes parce que de plus en plus le magasin prenait l'eau et il y avait des fuites d'eau partout dans la toiture, on a fait des courriers, l'employeur bottait en touche."

Sur place, au Carrefour Lingostière de Nice, les opérations de déblaiement se poursuivent à l'intérieur d'un périmètre sécuriés. Selon la direction de l'entreprise chargée des opérations 400 mètres cube de gravats sont à évacuer.

Vous êtes à nouveau en ligne