Mediator, "Costa Concordia" et pilule : Marie, la multi-rescapée

Marie Dolores Ribas, victime du Mediator, de la pilule Melodia et du naufrage du \"Costa Concordia\", le 3 mars 2013 à son domicile.
Marie Dolores Ribas, victime du Mediator, de la pilule Melodia et du naufrage du "Costa Concordia", le 3 mars 2013 à son domicile. (MAXPPP)

"Le Dauphiné" a rencontré cette femme de 53 ans, qui se trouve au cœur de trois grandes actualités de ces derniers mois. 

"Enjouée, coquette, souriante" malgré son histoire, des plus improbables. Lundi 18 mars, Le Dauphiné publie un portrait de Marie, 53 ans, qui a pris longtemps une pilule de 3e génération et le Médiator. Et qui était à bord du Costa Concordia lors du naufrage du paquebot au large de l'île du Giglio (Italie).

"Avant 2006, sa vie est normale, une vie de 'Français moyens'", écrit le quotidien régional. Cette année-là, elle change de pilule et passe sous Melodia, un contraceptif de 3e génération. Quelques mois plus tard, elle ne peut plus marcher et est hospitalisée : "Elle souffre d’une ischémie aiguë, ses artères sont thrombosées et les séquelles irréversibles". En décembre 2010, c'est l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé qui lui écrit : elle a pris du Médiator de 2003 à 2006, et si, pour l'instant, elle n'a pas développé de valvulopathie, elle vit "avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête"

Enfin, à l'été 2011, elle décide de partir avec son mari, son beau-frère et sa belle-sœur en croisière. Et opte pour le Costa Concordia, qui s'échoue en janvier 2012, entraînant la mort de 32 personnes. “'On est monté sur la chaloupe numéro 13'. Pas de bol, elle reste coincée", raconte Le Dauphiné.

Vous êtes à nouveau en ligne