Fin des recherches dans la partie immergée du "Concordia"

Un plongeur inspecte l\'épave du \"Concordia\", le 30 janvier 2012.
Un plongeur inspecte l'épave du "Concordia", le 30 janvier 2012. (REUTERS)

Alors qu'il n'y a plus d'espoir de retrouver des passagers vivants, les autorités ont décidé mardi d'interrompre les recherches, devenues trop dangereuses pour les plongeurs. 

Quinze cadavres n'ont toujours pas été récupérés dans l'épave du Costa Concordia, échoué dans la nuit du 13 au 14 janvier près des côtes de l'île du Giglio (Italie). Invoquant la sécurité des plongeurs, le directeur technique des secours, le chef des pompiers de Grosseto, Ennio Aquilino, a annoncé mardi 31 janvier l'arrêt définitif des recherches dans la partie immergée du paquebot.

Selon la protection civile, qui a informé les familles et les ambassades concernées, "les conditions de sécurité ne sont plus réunies pour opérer" dans la partie immergée de l'épave. Les opérateurs craignent notamment que les plongeurs ne puissent pas ressortir des ouvertures pratiquées pour accéder à des ponts immergés à souvent 20 mètres de profondeur. La décision a été motivée par le constat de déformations de la coque du navire, là où ont été ouvertes des brèches ces derniers jours.

Reuters

En revanche, les pompiers et autres forces en présence reprendront l'exploration de certaines zones émergées de la coque et examineront d'encore plus près toute la zone entourant l'épave à la recherche d'éventuels corps. Sur les 32 personnes mortes dans le naufrage, 17 ont été repêchées.

Vous êtes à nouveau en ligne