Le naufrage du "Costa Concordia"

Vendredi 13 janvier 2012, le paquebot de croisière "Costa Concordia", qui effectuait une croisière en Méditerranée, s'est échoué sur les côtes d'une île de l'archipel toscan. Le bilan s'élèvait à six morts et quatorze disparus lundi matin. 

Vendredi 13 janvier 2012, le paquebot de croisière "Costa Concordia", qui effectuait une croisière en Méditerranée, s'est échoué sur les côtes d'une île de l'archipel toscan. Le bilan s'élèvait à six morts et quatorze disparus lundi matin. 

117
Vendredi 13 janvier 2012, le paquebot "Costa Concordia", qui effectuait une croisière en Méditerranée, a quitté vers 19 heures le port de Civitavecchia, dans la province de Rome (Italie). ITALIAN GUARDIA DE FINANZA / AFP
217
Long de 290 mètres, le navire transportait quelque 4 229 personnes dont plus de 3 200 touristes de 60 nationalités différentes et un millier de membres d'équipage. GREGORIO BORGIA / AP / SIPA
317
Vers 21h45, le "Costa Concordia" a heurté un rocher à seulement 150 mètres des côtes de l'île du Giglio, dans l'archipel toscan. GIORGIO FANCUILLI / AP / SIPA
417
L'eau s'est engouffrée immédiatement dans la brèche, faisant s'incliner le navire de 20 degrés. FILIPPO MONTEFORTE / AFP
517
Le bâtiment s'est ensuite couché lentement sur le flanc. REX / SIPA
617
Ce n'est qu'une heure après l'accident que l'équipage a donné l'alerte et décidé de sortir les chaloupes. AP / SIPA
717
Selon le procureur de Grosseto (sud de la Toscane) en charge de l'enquête, "la route suivie par le navire n'était pas la bonne". Le commandant "s'est approché de manière très maladroite de l'île du Giglio, a heurté un rocher qui s'est encastré dans le flanc gauche, faisant s'incliner [le navire] et rentrer énormément d'eau en l'espace de deux, trois minutes". GREGORIO BORGIA / AP / SIPA
817
Selon le journal "Corriere della Sera", le commandant de bord aurait voulu faire plaisir au responsable des serveurs, originaire de l'île du Giglio, en passant tout près de ses côtes. MAX ROSSI / REUTERS
917
Le commandant de bord, Francesco Schettino, 52 ans, a été incarcéré. Il est notamment accusé d'homicides et d'abandon du navire, propriété de la société Costa Croisières. ENZO RUSSO / AFP
1017
Il aurait regagné la terre ferme à 23h40 alors que les derniers passagers n'ont été secourus que vers 6 heures le lendemain matin. ITALIAN GUARDIA DE FINANZA / AFP
1117
A bord, la panique a progressivement gagné les passagers. Certains rescapés évoquent des "scènes d'apocalypse" avec des bousculades pour monter dans les canots de sauvetage, des gilets volés, des passagers sautant dans le vide... GREGORIO BORGIA / AP / SIPA
1217
Lundi 16 janvier, quatorze personnes étaient toujours portées disparues. FILIPPO MONTEFORTE / AFP
1317
Parmi elles, quatre Français. GREGORIO BORGIA / AP / SIPA
1417
Les recherches ont été interrompues lundi vers midi en raison du mauvais temps avant de reprendre un peu plus tard dans l'après-midi. GREGORIO BORGIA / AP / SIPA
1517
Elles sont en outre rendues très difficiles par la très forte inclinaison du paquebot, couché sur un flanc à 90 degrés. Le navire menace de glisser et de couler totalement. Ses réservoirs contiennent des tonnes de gazole. FILIPPO MONTEFORTE / AFP
1617
On a relevé sur la coque du "Costa Concordia" une brèche de 70 à 100 mètres de long. ANDREA SINIBALDI / AP / SIPA
1717
Pour le moment, Carnival, la maison mère de Costa Croisières, estime le coût de cette catastrophe à 75 millions d'euros minimum. GREGORIO BORGIA / AP / SIPA
Vous êtes à nouveau en ligne