"Concordia" : le couple français identifié parmi les corps

Mickaël Blémand (à g.), 25 ans, et sa compagne Mylène Litzler, 23 ans, figurent bien parmi les corps repêchés par les secours le 22 février.
Mickaël Blémand (à g.), 25 ans, et sa compagne Mylène Litzler, 23 ans, figurent bien parmi les corps repêchés par les secours le 22 février. (FACEBOOK / AFP)

Les deux jeunes habitants de Sarcelles, ainsi qu'une fillette italienne de 5 ans, son père et trois Allemandes ont été identifiés grâce à leur ADN.

Mylène Litzler, 23 ans, et son compagnon Mickaël Blémand, 25 ans, figurent bien parmi les corps repêchés par les secours le 22 février dernier,  à proximité du pont 4 du Costa Concordia

Sept des huit victimes retrouvées ont été identifiées par des tests ADN. Outre les deux Français, les autorités ont annoncé qu'il s'agissait d'une fillette italienne de 5 ans, prénommée Dayana, et de son père, William Arlotti, ainsi que de trois femmes allemandes, Elisabeth Bauer, Brunhild Werp et Margrit Schroeter. Au total, 32 personnes, dont six Français, sont mortes dans le naufrage du navire de croisière, échoué le 13 janvier près de l'île du Giglio, en Italie. Sept d'entre elles sont encore portées disparues.

Pour les rescapés, le combat judiciaire continue

L'identification ADN des huit cadavres avait été interrompue fin février, après la requête de l'avocat d'un des employés de la compagnie Costa, poursuivi dans cette affaire. L'identification avait ensuite repris, début mars. Depuis le drame, plusieurs collectifs de naufragés se sont créés et des plaintes ont été déposées en Italie, en France et aux Etats-Unis contre Costa Croisières, la compagnie propriétaire du Concordia.

Aux Etats-Unis, 39 passagers ont porté plainte contre le croisiériste Carnival, maison-mère de Costa, et lui réclament 520 millions de dollars de dommages et intérêts. Neuf employés, parmi lesquels le commandant, Francesco Schettino, sont poursuivies par la justice italienne, pour homicide par imprudence, naufrage et défaut de communication aux autorités maritimes.

Vous êtes à nouveau en ligne