"Avec un petit bateau comme ça, je ne serais pas sorti" : un sauveteur raconte les opérations après la mort de trois enfants dans un naufrage

Agon-Coutainville (Manche), après le naufrage d\'une vedette à moteur, le 12 août 2019, dans lequel trois enfants ont perdu la vie
Agon-Coutainville (Manche), après le naufrage d'une vedette à moteur, le 12 août 2019, dans lequel trois enfants ont perdu la vie (LUCIE THUILLET / RADIO FRANCE)

Trois enfants sont morts lundi au large d'Agon-Coutainville (Manche), dans l'accident d'un bateau de plaisance.

"Jamais je n'avais fait une telle intervention", raconte Pascal Dutot, le président de la station de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) de Coutainville, dans la Manche. Avec un autre bénévole et des membres de l'école de voile voisine, il fait partie de ceux qui ont tenté de sauver les enfants restés bloqués dans la cabine d'une vedette à moteur qui a fait naufrage, lundi 12 août, au large d'Agon-Coutainville. Âgés de 7 à 11 ans, aucun des trois enfants n'a finalement survécu.

Une mer agitée

"Quand nous sommes arrivés sur zone, le bateau était déjà retourné. On voyait juste le nez du bateau et les carreaux de la cabine, témoigne Pascal Dutot, au micro de France Bleu Cotentin. Deux personnes ont essayé de casser le pare-brise du bateau pour dégager les enfants qui étaient à l'intérieur". Une fois la vitre cassée, les enfants sont extraits de l'embarcation et ramenés sur la plage. Les secours ne parviendront pas à les ranimer.

Quand on a récupéré les enfants, ils étaient inconscients.Pascal Dutot, président de la station de la SNSM de Coutainville

"Il y avait pas mal de creux, pas mal de vent... Ce n'était pas un temps à sortir avec un petit bateau comme ça, commente Pascal Dutot. Moi je ne serais pas sorti. Dès qu'il y a un peu de vent pour ces bateaux-là, ce n'est pas la peine." Selon lui, la vedette "a pris une lame" : "La mer est rentrée par l'arrière, a rempli le bateau qui s'est enfoncé petit à petit".

"Avec un temps comme celui-là, on ne sort jamais les bateaux", confirme Jean-François, qui habite une maison située tout près des lieux du drame. Alerté par les sirènes, la présence massive des secours et les rondes de l'hélicoptère de la sécurité civile, il a assisté à l'arrivée des secours à l'école de voile. Il a l'habitude de faire des sorties en mer. "C'était un grand danger de sortir, il y avait des vagues d'un mètre, souligne-t-il, choqué. Ça ne pardonne pas la mer."

C'est un drame, ça fait peur. Il faut rester prudent, la mer est plus forte que nous.Jean-François, un habitant d'Agon-Coutainville

Les trois adultes qui étaient à bord du bateau sont légèrement blessés. Une enquête a été ouverte par le parquet de Coutances pour déterminer les circonstances précises du drame. En attendant, la tristesse domine à Agon-Coutainville. "C'est horrible, je n'ai pas les mots", commente un habitant. "Ça aurait pu être mes trois enfants", conclut un commerçant, les yeux rivés sur la mer.

Vous êtes à nouveau en ligne