Nantes : six mineurs en garde à vue après des incendies de voitures et de poubelles aux abords de lycées

Cinq voitures ont été incendiées à proximité de plusieurs lycées nantais, le 8 novembre 2019.
Cinq voitures ont été incendiées à proximité de plusieurs lycées nantais, le 8 novembre 2019. (MANON KLEIN / RADIO FRANCE)

La police a dû intervenir pour permettre aux pompiers d'éteindre les feux.

Six mineurs, âgés de 16 et 17 ans, sont en garde à vue après les incendies de voitures et de poubelles dans la matinée du vendredi 8 novembre à Nantes, rapporte France Bleu Loire Océan. Ils ont tous été interpellés aux alentours du lycée Gaspard-Monge. L'un de ces jeunes est soupçonné d'avoir dégradé une voiture à l'aide d'un pavé, avec lequel il a brisé une vitre. Un autre, élève au lycée, est suspecté d'avoir mis le feu à l'une des deux voitures incendiées près de l'établissement. Il aurait également jeté des projectiles sur les forces de l'ordre. Un troisième adolescent de 16 ans est soupçonné d'avoir également participé aux jets de projectiles.

Un autre mineur, âgé de 17 ans, a été interpellé dans la rue du lycée pour "participation à un groupement en vue de la préparation de dégradations ou destructions". Un quatrième jeune homme de 17 ans a été interpellé dans une rue à proximité du lycée Monge. Connu des services de polices, il est soupçonné d'avoir dégradé des biens en dissimulant son visage.

Des pompiers pris à partie

En tout, cinq voitures et des poubelles ont été brûlées dans la matinée du vendredi 8 novembre à proximité de plusieurs lycées nantais. Trois voitures ont été incendiées à proximité du lycée Sacré-Cœur. Deux autres voitures ont brûlé juste à côté du lycée Gaspard-Monge. Des feux de poubelles ont été également repérés près des établissements, ainsi que dans le secteur des lycées Les Bourdonnières, Albert Camus et Carcouet.

Lors de l'une de ces interventions, les pompiers ont été pris à partie par une vingtaine de personnes, indique la police, qui a dû intervenir pour sécuriser l'action des pompiers. Des ouvriers ont par ailleurs été caillassés sur un chantier.

Déjà une tentative de blocus dans un lycée

Jeudi 7 novembre, déjà, une tentative de blocus s'est produite au lycée Albert Camus de Nantes. Des personnes encagoulées ont mis le feu à des poubelles pour bloquer l'accès à l'établissement. Ils ont aussi jeté des pavés sur les portes vitrées du lycée. La police rapportait aussi le tir de cocktails Molotov. Cela a empêché la tenue des cours jeudi matin. Tous les élèves ont dû rentrer chez eux. Les cours ont repris à 13h30.

Ces faits pourraient être liés à des tentatives de blocus des lycées pour protester contre la réforme du baccalauréat : c'est en tout cas ce qu'affirment certains lycéens à France Bleu. Le recteur de l'académie de Nantes, William Marois, condamne fermement ces violences : "C'est scandaleux et dramatique".

Vous êtes à nouveau en ligne