Mort du maire de Signes : le conducteur du fourgon mis en examen et libéré sous contrôle judiciaire

Jean-Mathieu Michel, maire de Signes, a été tué le 5 août 2019.
Jean-Mathieu Michel, maire de Signes, a été tué le 5 août 2019. (VALERIE LE PARC / MAXPPP)

Le parquet de Toulon a annoncé mercredi avoir ouvert une information judiciaire pour "homicide involontaire" après le décès de Jean-Mathieu Michel, heurté par un fourgon dont les occupants venaient de jeter des gravats.

Le conducteur du fourgon qui a mortellement renversé le maire de Signes (Var) lundi 5 août a été mis en examen pour "homicide involontaire" et libéré, a appris franceinfo mercredi  auprès du parquet de Toulon. Il a été placé sous contrôle judiciaire. 

Jean-Mathieu Michel est mort lundi alors qu'il intervenait pour que deux employés de travaux publics récupèrent des gravats qu'ils venaient de déverser illégalement sur un chemin privé de la commune, à proximité du circuit Paul-Ricard. Les deux ouvriers ont obtempéré mais en repartant, leur véhicule a violemment percuté l'élu âgé de 76 ans qui n'a pas survécu. Selon Jean-Claude Guidicelli, l'avocat de la famille de la victime, le conducteur du fourgon "est parfaitement conscient" au moment des faits que sa manœuvre "ne va non pas mettre en danger la vie d'autrui, mais attenter à la vie de monsieur le maire", a-t-il affirmé mercredi matin sur franceinfo.

Les drapeaux ont été mis en berne mardi dans 153 communes du Var pour rendre hommage à Jean-Mathieu Michel, maire de Signes depuis 1983, a précisé l'Association des maires du Var. L'ensemble de la classe politique a réagi à cet événement, en rendant hommage à un élu engagé pour sa commune.

Vous êtes à nouveau en ligne