Mort d'Elisa Pilarski : trois mois après le drame, les expertises ADN toujours en attente

FRANCE 3

L'enquête est plus compliquée que prévu pour expliquer le décès d'Elisa Pilarski le 16 novembre 2019. La jeune femme de 29 ans a été retrouvée morte dans une forêt de l'Aisne, le corps recouvert de traces de morsures de chien. Les analyses pour élucider son décès posent question.

Elisa Pilarski a succombé aux morsures d'un chien, mais lequel ? Curtis, son animal, qu'elle promenait au moment de sa mort, ou la meute de chasse à courre qui était organisée en même temps dans une forêt de l'Aisne ? Trois mois après le décès de la jeune femme, toujours aucune certitude. Et pour cause, les expertises ADN diligentées par la justice après les faits n'ont toujours pas été réalisées.

Un montant d'expertises ADN qui s'élèverait à 200 000 €

Incompréhensible, pour le compagnon d'Elisa Pilarski qui s'est exprimé par la voix de son avocat. Les prélèvements ADN ont été réalisés très vite sur le corps et les vêtements de la jeune femme, ainsi que sur les 67 chiens présents le jour du drame. Alors, pourquoi une telle lenteur ? Peut-être en raison du montant de ces analyses. Le premier devis s'élève à plus de 200 000 € selon l'avocate des parents d'Elisa Pilarski. Un coût élevé pour un résultat incertain, d'après l'avocat du maître d'équipage de la chasse à courre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne