VIDEO. 13h15. Affaire Sophie Toscan du Plantier : qui est le principal suspect ?

Ian Bailey, un journaliste anglais, est le suspect numéro un de l'assassinat de Sophie Toscan du Plantier en Irlande, le 23 décembre 1996. Il a toujours clamé son innocence. Côté français, l'instruction est close. La juge doit maintenant se prononcer sur la tenue ou non d'un procès. Extrait de "13h15 le samedi".

La plupart des habitants du comté de Cork, en Irlande, où a été assassinée Sophie Toscan du Plantier le 23 décembre 1996, n'osent pas nommer le principal suspect de ce meurtre non élucidé : Ian Bailey, un journaliste local anglais, voisin de la victime. Il a aujourd'hui 57 ans et vit toujours dans la région. Un homme qui l'a fréquenté avant le meurtre témoigne de son comportement violent envers sa compagne : "Ils rentraient en voiture d'une fête. Sa compagne était jalouse car il avait flirté avec une autre femme. Elle l'a attaqué et il l'a violemment repoussée en la tirant par les cheveux. Elle avait un œil complètement tuméfié, des griffures sur tout le visage et ses lèvres étaient en sang."

Ce témoin précise qu'un policier est venu le voir pour lui dire qu'elle devait porter plainte : "Elle doit le faire, car la prochaine fois, ce sera pire. Ce sera peut-être même quelqu'un d'autre." L'homme affirme que cette phrase n'a pas quitté son esprit depuis ce jour : "Je pense que dans n'importe quel pays d'Europe, Bailey aurait été poursuivi et soumis à un procès pour meurtre. Je suis sûr qu'il aurait été reconnu coupable, mais nous sommes en Irlande… et notre justice est bien étrange."

"Il est tout simplement innocent"

Jusqu'à présent, Ian Bailey a toujours réussi à se soustraire à la justice. En criant au complot et en engageant Frank Buttimer, la star du barreau irlandais : "Pour la police, monsieur Bailey était le suspect idéal pour ce meurtre. Ici, les enquêteurs ont tout monté en épingle pour que les gens pensent que c'était lui. Les autorités françaises veulent à tout prix croire la version de la police irlandaise. Nous admirons la France et les principes sur lesquels repose la République française, mais je n'admire pas du tout la manière dont la justice française nous a traités et continue de traiter monsieur Bailey."

Il est objecté à l'avocat du suspect numéro un de ce crime resté impuni que son client, s'il est innocent, pourrait se défendre. Le ténor des prétoires irlandais répond avec force : "Il est innocent. Il n'a pas à se défendre de quoi que ce soit. Il est tout simplement innocent." Côté français, dernier rebondissement de l'affaire : dans son ordonnance rendue le 27 juillet dernier, Nathalie Turquey, la juge d’instruction parisienne chargée de l’enquête, a renvoyé le journaliste Ian Bailey devant les assises pour "homicide volontaire". Le procès, dont la date n’a pas été encore fixée, devrait se tenir en son absence...

Vous êtes à nouveau en ligne