DIRECT. Procès de Francis Heaulme : l'avocat général requiert la réclusion criminelle à perpétuité

Jean-Marie Beney, procureur général de Metz, le 25 avril 2017, lors de l\'ouverture du procès du double meurtre de Montigny-lès-Metz.
Jean-Marie Beney, procureur général de Metz, le 25 avril 2017, lors de l'ouverture du procès du double meurtre de Montigny-lès-Metz. (MAXPPP)

Le procès du tueur en série pour le meurtre de deux enfants en 1986 est entré dans sa dernière semaine. Le verdict est attendu mercredi soir ou jeudi. 

C'est la peine maximale prévue par la loi. L'avocat général a requis la réclusion criminelle à perpétuité, mercredi 17 mai, à l'encontre de Francis HeaulmeLe tueur en série comparaît devant la cour d'assises de Moselle, à Metz, depuis le 25 avril. Il est jugé pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz, commis le 28 septembre 1986.

"Les éléments contre lui sont (...) accablants." Après 1h30 d'un réquisitoire mené à deux voix, l'avocat général Jean-Marie Beney et le substitut du procureur Brigitte Harmand-Colette ont demandé aux jurés de ne pas s'attacher au manque d'aveux de l'accusé, qui aura répété en boucle : "Montigny, c'est pas moi". Pour l'avocat général Jean-Marie Beney, "les éléments contre lui sont nombreux. J'allais dire accablants." 

"Montigny, c'est pas moi !" Tout au long du procès, Francis Heaulme a répété qu'il n'était pas l'auteur des faits. L'accusé, déjà condamné pour neuf meurtres commis entre 1984 et 1992, n'a pas apporté la moindre explication. Pourtant, sa présence sur les lieux le jour du crime est avérée. Ses trois avocats vont plaider pour lui.

Verdict mercredi soir ou jeudi. Le réquisitoire sera suivi des plaidoiries de la défense, mercredi après-midi. L'accusé prendra ensuite une dernière fois la parole. Le verdict est attendu mercredi soir ou jeudi. 

Vous êtes à nouveau en ligne