"L'enfer des mensonges" : David Ramault, le meurtrier présumé d'Angélique, se confie dans une lettre d'explication

La marche blanche pour Angélique, à Wambrechies (Nord), le 1er mai 2018.
La marche blanche pour Angélique, à Wambrechies (Nord), le 1er mai 2018. (THIERRY THOREL / CROWDSPARK / AFP)

L'homme assure notamment que les pilules contre les troubles de l'érection achetées le matin du meurtre de l'adolescente étaient destinées à sa femme, car le couple n'avait plus de relations sexuelles. 

David Ramault s'explique sur le meurtre d'Angélique, cette adolescente de 13 ans dont le corps a été retrouvé dans la nuit du 28 au 29 avril à Quesnoy-sur-Deûle (Nord). L'homme placé en détention provisoire a écrit un courrier à son avocat, révèle Le Journal du dimanche, dimanche 27 mai. 

Dans cette lettre, il assure que les pilules contre les troubles de l'érection achetées le matin du meurtre étaient destinées à sa femme, car le couple n'avait plus de relations sexuelles. 

Il réfute s'être exhibé dans un bus

L'homme explique aussi qu'au moment du viol, la victime se débattait et criait. Il s’est dit : "Je ne peux plus cacher ça [ce viol]", résume son avocat, ce qui l'aurait conduit à tuer l'adolescente de 13 ans. Il écrit se trouver "dégueulasse" sur le moment et regrette. Puis "il déploie une énergie folle pour se sauver, tout en sachant que c’est peine perdue", ajoute son conseil.

David Ramault affirme aussi qu'il voulait se confier à sa femme dès le lendemain des faits, à son retour en voiture. Mais il y aurait renoncé en voyant ses fils à l'arrière du véhicule. "C'est l'enfer des mensonges", qui commence, assure-t-il alors. Par ailleurs, le détenu réfute s'être exhibé dans un bus plusieurs jours avant le meurtre. Il nie également avoir visionné de sites pédopornographiques.

Vous êtes à nouveau en ligne