"Il a bousillé ma vie", témoigne la première victime de viol de David Ramault, meurtrier présumé d'Angélique

Des fleurs déposées en hommage à Angélique après une marche blanche, le 1er mai 2018 à Wambrechies (Nord).
Des fleurs déposées en hommage à Angélique après une marche blanche, le 1er mai 2018 à Wambrechies (Nord). (THIERRY THOREL / AFP)

David Ramault avait été condamné à neuf ans de prison pour le viol avec arme de la jeune fille, alors âgée de 13 ans, en 1994.

Depuis que David Ramault a avoué le viol et le meurtre de la petite Angélique, 13 ans, elle "n'arrête pas de penser" que "ça aurait pu être [elle]". La Voix du Nord publie, vendredi 4 mai, le témoignage de la jeune femme qu'il avait violée sous la menace d'une arme en 1994. Des faits pour lesquels il avait été condamné à neuf ans de prison.

"Je me souviens de tout, dans les moindres détails, il n'y a pas un jour où je n'y repense pas", raconte la jeune femme, que le journal nomme Noémie.

"Neuf ans, c'est rien du tout"

Le 7 janvier 1994, alors âgée de 13 ans, elle rentrait chez elle à La Madeleine, dans la banlieue de Lille, quand "un individu est arrivé derrière moi par surprise et m’a mis un couteau sous la gorge", se souvient-elle. David Ramault, le visage caché par un casque de moto, la force à la suivre dans un endroit à l'écart, près d'un chemin de fer abandonné. 

Noémie décrit son agresseur comme un homme "brusque" "Il m'a dit de le laisser faire, sinon il allait me tuer. Et il a appuyé sur le couteau au niveau de la gorge". "Après, il m'a dit 'C'est bon tu peux partir'", témoigne-t-elle.

Arrêté quelques jours plus tard, David Ramault est jugé en 1996. A l'audience, il s'excuse auprès de Noémie : "Un individu qui demande pardon à une jeune fille qui a tout perdu, sa virginité, son innocence. Neuf ans, c'est rien du tout", regrette-t-elle. "Moi, il m'a bousillé ma vie."

Vous êtes à nouveau en ligne