Justice : la sorcellerie au coeur du procès de Fabienne Kabou, accusée d'infanticide

Fabienne Kabou aurait abandonné sa fille de 15 mois sur la plage de Berck, face à la marée montante.

Fabienne Kabou est jugée depuis ce lundi 20 juin au matin aux assises de Saint-Omer. Elle invoque aujourd'hui la sorcellerie. Le père et la mère de Fabienne Kabou, eux, sont venus au procès pour tenter de comprendre le geste fou de leur fille qui a tué son enfant. Ce sont aujourd'hui des parents, des grands-parents, brisés, dont la douleur ne s'exprime que par leur silence. Ce qu'ils attendent avant tout, ce sont les paroles de Fabienne.

Intelligente et cultivée

"Fabienne n'a jamais rien masqué et elle ne va rien masquer à l'audience. [...] Elle parlera de son acte, elle parlera d'elle, elle parlera de sa fille", a déclaré l'avocate de Fabienne Kabou. Car c'est bien la personnalité de Fabienne Kabou qui va dominer le procès. Pour quelle raison obscure, cette jeune femme, intelligente et cultivée, a-t-elle noyé sa fille, Adélaïde, âgée de 15 mois en l'abandonnant à l'issue d'une promenade en poussette sur la plage de Berck (Pas-de-Calais), face à la marée montante. Michel Lafon, le père de l'enfant, cohabitait depuis des années avec Fabienne, sans avoir décelé le moindre signe de folie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne