Mayenne : un chauffeur routier signale la présence d'un lion, une quinzaine de gendarmes mobilisés

Le gendarme Jean-François Sapt et Gibbs son chien de recherche.
Le gendarme Jean-François Sapt et Gibbs son chien de recherche. (CLAUDIA CALMEL / RADIO FRANCE)

Une quinzaine de gendarmes, assistés d'une équipe cynophile, ont été mobilisés, jeudi, à la suite du signalement de la présence d'un lion, rapporte France Bleu Mayenne. Les militaires n'ont pas mis la main sur l'animal.

Les gendarmes de la Mayenne ont déployé un dispositif de recherches, jeudi 20 juillet, après le signalement de la présence d'un lion en rase campagne par un routier, rapporte France Bleu Mayenne.

Ce jeudi matin vers 9h30, un chauffeur routier a contacté la brigade de gendarmerie de Vaiges, en Mayenne, affirmant avoir vu un lion d'un mètre de haut en passant à Saint-Jean-sur-Erve, à l'est de Laval. Les gendarmes ont pris l'affaire au sérieux, et une quinzaine de militaires, assistés d'une équipe cynophile, ont été mobilisés pour une chasse au lion.

Pas de traces de l'animal

Malheureusement, Gibbs, un berger allemand spécialisé dans la recherche, n’a pas flairé de piste. "Logique", selon Jean-François Sapt. Le maître-chien du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Laval a expliqué, sur France Bleu Mayenne que "c’est un chien dressé pour retrouver des personnes disparues... Mais pas des lions !" En cause, l'éducation reçue par Gibbs : "On lui a appris à ne pas se faire déconcentrer par des odeurs de gibiers ou d’autres animaux"

Après avoir ratissé la zone pendant trois heures, les gendarmes n’ont pas retrouvé le fameux lion. Cette histoire reste donc un mystère pour le chef d’escadron Xavier Demeocq : "On a fait des vérifications. On n’a pas de cirque, ni de propriétaires de fauves recensés dans le secteur. Pour l’instant, c’est une énigme pour nous." Le militaire s'est même laissé aller à un trait d'humour en expliquant que "si c’était un chat, c’est vraiment un très gros chat. Un mètre de haut, cela commence à faire une belle bête !".

Les gendarmes mayennais ont fini par lever le dispositif de recherches juste avant 13 heures. Le chauffeur routier, lui, reste persuadé d'avoir vu un lion : "C’était bien un fauve ! Il avait la tête d’un lion et la démarche d’un lion. Cela se voyait bien au niveau de ses omoplates, mais il n’avait pas de crinière. Je pense qu’il était jeune. Moi, je viens d’une famille de chasseurs, je connais bien le gibier. C'était ni une biche, ni un lynx, ni un chat !"