Martyre de l'A10 : l'obstination de la justice

Martyre de l'A10 : pendant plus de trente ans, c'était le mystère complet autour de cette enfant retrouvée morte au bord de l'autoroute. La victime a désormais un prénom, Inass ; ses parents, eux, sont en prison. 

C'est un dossier qu'il connaît depuis trente ans : Georges Domergue a été le premier juge d'instruction. Pendant deux ans, il a tout fait pour élucider le mystère de la petite martyre de l'A10, pas question que ce dossier se transforme en fiasco. "On porte toujours ce type de dossier dans son coeur, tous les jours et partout. C'est le type de dossier on l'on doit toujours faire en sorte qu'il reste en vie car on ne sait pas ce qu'il peut se passer", explique l'ancien juge d'instruction.

La famille suspectée

Lorsqu'on découvre le long de l'autoroute A10 le corps de la fillette, la justice a peu d'éléments. Personne n'a signalé sa disparition et son identité est inconnue. Le juge fait diffuser un appel à témoin mais dès le début de l'affaire le magistrat à une conviction : "Il était évident que le comportement de la famille était anormal", confie Georges Domergue.

Vous êtes à nouveau en ligne