Marseille : la piste de l'attentat "exclue" après une détonation et l'évacuation d'un ferry

Le navire \"Jean Nicoli\", dans le port de Marseille, le 3 avril 2016.
Le navire "Jean Nicoli", dans le port de Marseille, le 3 avril 2016. (MAXPPP)

Selon le parquet, la détonation pourrait provenir d'un vieil engin explosif ou d'un phénomène naturel.

Le parquet "exclut toute hypothèse d'attentat". Une explosion a provoqué l'évacuation du personnel d'un ferry, dans le port de Marseille, dimanche. Une enquête a été ouverte, mais le procureur adjoint de la ville, Jean-Jacques Fagni, a expliqué, lundi 1er août, n'avoir "pas encore d'éléments permettant de déterminer les origines de l'explosion" précisément.

Que s'est-il passé ?

Dimanche matin, un ferry de la compagnie maritime Corsica Linea, qui se trouvait à quai dans le port de Marseille, sans passagers, a été évacué après qu'une détonation a été ressentie à bord. "Le navire Jean Nicoli avait terminé ses opérations de débarquement en provenance de Porto Vecchio, lorsque ce qui semble être une explosion sous-marine a secoué le bâtiment", explique le Grand port maritime de Marseille (GPMM) dans un communiqué. "Seuls restaient à bord les membres d'équipage", qui ont été immédiatement évacués, ajoute le GPMM. 

"J'étais en cabine, et il y a eu le bruit : boum", "ça a fait boum, on a senti quelque chose qui monte et descend", témoignent deux agents d'entretien auprès de France 3 Provence-Alpes

"Le commandant du navire a immédiatement mis en place les procédures de sécurité et suspendu les opérations d'embarquement des passagers dont la prochaine destination est Porto Torres, en Sardaigne", poursuit le communiqué. Le préfet de police de Marseille, Laurent Nuñez, a autorisé le navire à repartir dimanche soir après des inspections de sécurité, en direction de la Sardaigne, sa destination initiale.

Pourquoi la piste terroriste est-elle exclue ?

"Nous avons exclu toute hypothèse d'attentat", a déclaré lundi le procureur adjoint de Marseille, Jean-Jacques Fagni, dans le cadre de l'enquête ouverte dimanche pour déterminer les causes de la détonation. Il affirme que l'explosion n'a "pas été provoquée par un tiers".

Alors d'où peut venir la détonation ?

"Nous privilégions l'hypothèse accidentelle, mais nous n'avons pas encore d'éléments permettant de déterminer les origines de l'explosion", explique Jean-Jacques Fagni. Deux pistes sont sérieusement envisagées.

Le déclenchement d'un vieil engin explosif dans le fond marin est privilégié. "Il n'y a pas d'éléments objectifs permettant de dire que c'est l'explosion d'une munition ancienne", précise toutefois Jean-Jacques Fagni. De nombreux engins datant de la Seconde Guerre mondiale sont encore présents dans les fonds marins au large de Marseille, et parfois sur terre. Les autorités neutralisent ces munitions quand elles sont découvertes, occasionnant parfois la mise en place d'importants périmètres de sécurité.

La deuxième piste étudiée est celle d'un "phénomène naturel de décomposition de vase sous l'effet de la chaleur, qui provoque la création de poches de gaz" qui peuvent exploser, a indiqué le magistrat.