Les images vidéo au cœur de l'enquête pour retrouver l'agresseur du militaire à la Défense

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Les forces de l'ordre recherchent activement l'agresseur d'u militaire à la Défense samedi. Ils exploitent notamment les nombreuses images vidéos et espèrent qu'elles finiront par livrer des indices. Le militaire a été hospitalisé et ses jours ne sont pas en danger.

Ce sont les bandes vidéo qui sont actuellement analysées
avec minutie par les enquêteurs. Les policiers de la brigade criminelle
recherchent le moindre indice qui pourrait permettre d'identifier l'agresseur
d'un militaire samedi en fin de journée dans le quartier de la Défense
, aux
portes de Paris.

"Toutes les bandes
vidéos ont été récupérées et elles sont nombreuses"
dans la zone où s'est
produite l'agression, "entre celles de la SNCF, de la RATP et
d'Unibail"
(le gestionnaire du centre commercial des Quatre temps)
explique une source proche du dossier.

Témoignages contradictoires

Dans le même temps, les
enquêteurs ont procédé à de nombreux interrogatoires. Pour le moment,
les témoignages semblent assez contradictoires, y compris sur la tenue
vestimentaire de l'agresseur.

Décrit comme grand, (un
mètre 90 environ), ce dernier porte une barbe, un pull et un pantalon noir. Il
a agi par surprise, n'a rien dit ni crié et s'est enfui en se fondant dans la
foule qui était nombreuse à cet endroit en cette veille de fête des mères.

Seule certitude, le
militaire blessé, âgé de 23 ans, se trouvait derrière ses collègues lorsque
l'agresseur l'a poignardé avec une arme blanche. Admis à l'hôpital militaire
Percy à Clamart, ses jours ne sont pas en danger.

Pas de lien avec Londres

Manuel Valls a reconnu
sur France 2 que "des éléments" pouvaient conduire à "une forme
de comparaison avec ce qui s'est passé à Londres"
. "Mais à ce stade, très
honnêtement, soyons prudents"
, a-t-il tempéré.

Pour l'instant, aucun
lien n'est établi avec le meurtre à Londres d'un soldat britannique, mais
"nous devons regarder toutes les hypothèses" , a également déclaré le
président François Hollande, en visite à Addis Abeba.

Vous êtes à nouveau en ligne