Le chirurgien soupçonné de pédophilie avait été signalé à la Ddass après une première condamnation

Le palais de justice de Saintes (Charente-Maritime), où le chirurgien de Jonzac devrait être jugé début 2020 pour viols et agressions sexuelles sur mineur. (image d\'illustration)
Le palais de justice de Saintes (Charente-Maritime), où le chirurgien de Jonzac devrait être jugé début 2020 pour viols et agressions sexuelles sur mineur. (image d'illustration) (DOMINIQUE PARIES / MAXPPP)

Condamné en 2005 pour détention d'images pédopornographiques dans le Finistère, ce médecin qui s'est ensuite installé en Charente-Maritime est aujourd'hui soupçonné de viols et d'agressions sexuelles. 

Le chirurgien, de nouveau soupçonné de pédophilie sur de jeunes patients, avait été signalé à la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales (Ddass) du Finistère, après une première condamnation pour détention d'images pédopornographiques en 2005. C'est le Conseil de l'ordre des médecins du Finistère, où a travaillé le docteur, qui a "fait connaître cette situation à la Ddass qui n'a apparemment pas réagi", assure vendredi 23 août sur franceinfo Pascal Revolat, président du Conseil de l’Ordre des médecins de Charente-Maritime où le chirurgien exerçait avant sa mise en examen pour viols et agressions sexuelles en mai 2017.

Ce médecin, qui a exercé en Bretagne et en Touraine avant de s'installer à Jonzac (Charente-Maritime) en 2008, est soupçonné de plusieurs viols et d'agressions sexuelles sur mineurs par au moins quatre victimes présumées. Mais la liste pourrait s'allonger.

franceinfo : Étiez-vous au courant de cette condamnation pour détention d'images pédopornographiques ?

Pascal Revolat : Le casier judiciaire, oui, puisqu'il était écrit, sauf qu'il n'était pas sous l'autorité de l'Ordre des médecins parce qu'il était médecin hospitalier. Jusqu'à la loi de Roselyne Bachelot en 2009, les médecins hospitaliers étaient sous l'autorité de la Ddass de l'époque, puis des Agences régionales de santé (ARS).

Aucune décision n'a été prise à son sujet ?

En 2006, le Conseil de l'Ordre des médecins du Finistère, qui avait péniblement réussi à obtenir le jugement, a signalé le cas à la Ddass qui n'a apparemment pas réagi.

Comment expliquez-vous ce manque de réactivité ?

À la Ddass, je ne sais pas. Je peux parler de ce qui s'est passé au Conseil de l'Ordre de Charente-Maritime. Pour toute inscription ou transfert [d'un médecin dans notre département], nous consultons le casier judiciaire. Cette condamnation [pour détention d'images pédopornographiques en 2005] était connue, sauf que la justice avait pris une décision qui n'ordonnait aucune suspension.

Il y a eu un entretien entre le président du Conseil de l'Ordre de Charente-Maritime et ce médecin. Ensuite, en séance plénière, le Conseil a décidé qu'il n'était pas justifié d'aller au-delà, sachant que la justice ne l'avait pas suspendu. À l'époque, ce n'était pas du tout les faits actuels [des soupçons de viols et d'agressions sexuelles] qui étaient en cause, il s'agissait de détention d'une image pédopornographique.

Il n'y a donc pas eu de vigilance particulière, alors que ce médecin était amené à travailler avec des enfants ?

Le problème, c'est que la vigilance ne peut absolument pas relever de l'Ordre des médecins. Elle peut relever de la justice, peut-être de la Ddass, mais pas de l'Ordre des médecins. L'Ordre peut simplement autoriser ou non l'exercice.

Y a-t-il eu des signalements lorsqu'il exerçait au centre hospitalier de Jonzac ?

Depuis son installation, quel que soit le Conseil de l'Ordre départemental [dont il dépendait, en fonction de son lieu d'exercice], il n'y a jamais eu la moindre plainte, la moindre doléance de qui que ce soit.

La seule chose qui nous a fait réfléchir [en Charente-Maritime], c'est ce qui s'est passé en mai 2017 lorsque la gendarmerie s'est présentée au Conseil de l'ordre sur réquisition du juge d'instruction pour saisir le dossier ordinal. Nous avons appris qu'il s'était passé des choses beaucoup plus graves que ce qui s'était passé en 2004. Aussitôt, le médecin a demandé à être radié pour convenance personnelle et le Conseil départemental de l'Ordre n'avait plus autorité sur ce médecin.

Vous êtes à nouveau en ligne