Une aide-soignante jugée pour avoir empoisonné 13 personnes

FRANCE 3

Une aide-soignante est jugée pour avoir empoisonné 13 personnes dans une maison de retraite dont 10 sont décédées.

La cour d'Assises n'a toujours pas percé les mystères qui entourent la personnalité complexe de l'accusée, Ludivine Chambet, enseignante de 34 ans. Sur un ton monocorde, la jeune femme essaye d'expliquer les raisons l'ayant conduit à donner la mort aux personnes âgées. Elle affirme avoir voulu "soulager les pensionnaires" dont elle avait la charge.

Personnalité fragile

Décrite comme compétente et investie, Ludivine Chambet travaillait dans cette maison de retraite près de Chambéry. En 2013, elle administre régulièrement des mélanges de psychotropes à des pensionnaires dont 13 ont trouvé la mort. À cette époque, la jeune femme est très affectée par le décès de sa propre mère avait qui elle entretenait une relation fusionnelle. Selon les experts psychiatres, la jeune femme serait dotée d'une personnalité fragile, démunie face aux difficultés de la vie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne