Procès des tournantes : le parquet fait appel du verdict

La cité des Larris, à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), dont sont originaires les quatorze accusés de viols en réunion présents au premier procès en novembre 2012.
La cité des Larris, à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), dont sont originaires les quatorze accusés de viols en réunion présents au premier procès en novembre 2012. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le ministère public a décidé d'interjeter appel des condamnations et de certains acquittements prononcés à l'issue du procès des viols collectifs de Fontenay-sous-Bois.

JUSTICE – Le verdict avait provoqué la polémique en raison de sa clémence. Le ministère public a annoncé, vendredi 12 octobre, sa décision d'interjeter appel des condamnations et de certains acquittements prononcés à l'issue du procès des tournantes de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne).

Selon la procureure de Créteil, Nathalie Becache "le verdict est trop éloigné du réquisitoire de l'avocate générale, à la fois sur les peines prononcées et sur certains acquittements. Il ne correspond pas au déroulement des crimes et à leur appréciation".

"Echec" et "gâchis" : un verdict décevant

La cour d'assises du Val-de-Marne avait acquitté, dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 octobre, dix hommes poursuivis pour des viols collectifs sur deux jeunes femmes commis dans des cités de Fontenay-sous-Bois, il y a plus de dix ans. La cour avait condamné quatre autres hommes à des peines allant de trois ans avec sursis à un an de prison ferme.

Le verdict avait été critiqué tant par les avocats des parties civiles que par ceux de la défense. "L'échec est là. Quelle peine aurait un sens, quand on entend que des coupables de viols en réunion sont condamnés à trois ans avec sursis, on s'interroge", avait notamment déploré Laure Heinich-Luijer, l'une des avocates des deux jeunes femmes. 

Vous êtes à nouveau en ligne