Ouverture d'une enquête préliminaire sur la déclaration de patrimoine de l'ex-ministre Yamina Benguigui

Yamina Benguigui, ancienne ministre déléguée à la Francophonie, à Paris, le 7 juillet 2013.
Yamina Benguigui, ancienne ministre déléguée à la Francophonie, à Paris, le 7 juillet 2013. (PATRICK KOVARIK / AFP)

C'est ce qu'indique le parquet de Paris, mercredi. Il est reproché à l'ex-ministre de la Francophonie d'avoir omis de déclarer qu'elle détenait 20% d'une société, pour une valeur de 430 000 euros.

Alors que le nouveau gouvernement vient d'être dévoilé, le parquet de Paris indique, mercredi 2 avril, ouvrir une enquête préliminaire sur la déclaration de patrimoine de l'ancienne ministre déléguée chargée de la Francophonie, Yamina Benguigui. La Haute autorité pour la transparence a indiqué, lundi 31 mars, avoir "un doute sérieux quant à l'exhaustivité, l'exactitude et la sincérité" des déclarations de patrimoine "déposées en 2012, 2013 et 2014".

En avril 2013, Yamina Benguigui  a déclaré 268 047,03 euros de patrimoine total. Dans le détail, elle indiquait 192 767,74 euros d'assurance-vie sur deux comptes distincts, 75 080,45 euros de valeurs mobilières, principalement 39,6% des parts dans une société de production, la SAS Elemiah, 15 000 euros de meubles, bijoux et autres objets d'art, et enfin 198,84 euros répartis sur trois comptes épargne.

Mais la ministre est accusée par l'hebdomadaire Marianne, depuis mercredi 19 mars, d'avoir menti sur cette déclaration de patrimoine. Elle aurait omis de déclarer qu'elle détenait 20% d'une société anonyme de droit belge, G2, domiciliée à Bruxelles, pour une valeur totale de 430 000 euros. Une accusation reprise par Le Canard enchaîné. De son côté, Yamina Benguigui a nié toute "fraude" ou "enrichissement personnel".

Vous êtes à nouveau en ligne