Redoine Faïd "est un danger qui doit être socialement éliminé"

Le député Les Républicains Guillaume Larrivé a réclamé, mardi, sur franceinfo, des explications à la ministre de la Justice, après l\'évasion de Redoine Faïd.
Le député Les Républicains Guillaume Larrivé a réclamé, mardi, sur franceinfo, des explications à la ministre de la Justice, après l'évasion de Redoine Faïd. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Le député Les Républicains Guillaume Larrivé a réclamé, mardi, sur franceinfo, des explications à la ministre de la Justice, après l'évasion de Redoine Faïd.

Après l'évasion de Redoine Faïd, le député Les Républicains Guillaume Larrivé a demandé l'audition de la ministre de la Justice Nicole Belloubet "dès que possible" par la commission des lois. Cette audition servira "à dire la vérité", a affirmé mardi 3 juillet sur franceinfo l'élu de l'Yonne, en charge des questions judiciaires au parti Les Républicains. "Redoine Faïd n'est pas un héros de roman, c'est un criminel, un ennemi de notre société, c'est un danger qui doit être socialement éliminé."

L'évasion de Redoine Faïd "est une insulte à la mémoire d'Aurélie Fouquet", cette policière de 26 ans, tuée il y a huit ans dans une fusillade pour laquelle "Faïd a été condamné à 25 ans de réclusion criminelle." Guillaume Larrivé demande "solennellement à la ministre de la Justice de venir s'expliquer devant l'Assemblée nationale parce qu'à l'évidence il y a eu une faille au sein de la chaîne hiérarchique de l'administration pénitentiaire." Guillaume Larrivé veut comprendre "pourquoi il a pu s'évader."

La politique pénale et pénitentiaire d'Emmanuel Macron, c'est l'immobilisme socialiste.Guillaume Larrivéà franceinfo

Selon le député Les Républicains, "la continuité des années Taubira est la réalité de ce qui existe aujourd'hui place Vendôme, au ministère de la Justice avec madame Belloubet. Très concrètement, je constate que la principale décision de madame Belloubet depuis un an, ça a été d'organiser l'installation, d'ici 2020, d'un téléphone dans chaque cellule. Il n'y a pas de plan de sécurisation des prisons, il est au point mort, le système d'application des peines est totalement déficient", explique Guillaume Larrivé.

Vous êtes à nouveau en ligne