Meurtre d'Aurélie Fouquet : au procès en appel de Redoine Faïd, la famille de la policière attend "un peu d'humanité"

Redoine Faïd, ici en 2011, avait publié un livre expliquant pourquoi il tirait un trait sur son passé de braqueur.
Redoine Faïd, ici en 2011, avait publié un livre expliquant pourquoi il tirait un trait sur son passé de braqueur. (MAXPPP)

Redoine Faïd comparait en appel aujourd'hui devant les assises de Paris, aux côtés de sept autres accusés, pour un braquage raté qui coûté la vie à une policière municipale, Aurélie Fouquet, en 2010.  

Aux côtés de sept autres accusés, Redoine Faïd comparait en appel mardi 27 février devant les assises de Paris pour un braquage raté qui coûté la vie à une policière municipale, Aurélie Fouquet, le 20 mai 2010. Au premier procès, en 2016, cet homme de 45 ans a été condamné à 18 ans de réclusion criminelle pour des faits qu'il a toujours niés. La famille de la victime, elle, attend toujours des réponses.

Les mots de Redoine Faïd attendus par les parties civiles

Après le braquage manqué d'un fourgon blindé, des malfaiteurs en fuite sur l'A4 tirent sur les policiers qui les pourchassent. La bande sort de l'autoroute à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) et vide un chargeur sur des policiers municipaux de la commune. Aurélie Fouquet, 26 ans, s'effondre. Elle était mère d'un enfant de moins d'un an. En première instance, Redoine Faïd, considéré par l'accusation comme le cerveau de cette équipée tragique, écope de 18 ans de réclusion criminelle. Il a toujours clamé son innocence se disant victime de sa notoriété.

Quelques mois avant le meurtre de la jeune femme, il avait publié son autobiographie et parcouru les plateaux de télé pour expliquer, avec éloquence, pourquoi il s'était rangé, après une vie faite de prison, d'évasion et d'arrestations. "Que le cynisme s’arrête", lance l'avocat des parents de la policière tuée, Laurent-Franck Liénard. Le défenseur rappelle que qu'"en première instance, le seul qui avait reconnu sa participation c’est celui qui avait été arrêté avec les armes dans le sac. Les autres se sont toujours tus".

C’est la loi du silence d’une bonne équipe de vieux braqueurs. La maman d’Aurélie aimerait bien que Redoine Faïd fasse preuve d’un peu d’humanité, que le fils d’Aurélie Fouquet sache pourquoi sa maman est morte.Laurent-Franck Liénard, avocat de la famille d'Aurélie Fouquetà franceinfo

Quelques mois après le premier procès, un frère de Redoine, Fisal Faïd, a été jugé en Algérie où il avait fui après les faits. Il a été reconnu coupable des tirs mortels et condamné à 20 ans de prison. Redoine Faïd encourt, lui, la réclusion criminelle à perpétuité. Comme en première instance, le procès va durer sept semaines.  

Vous êtes à nouveau en ligne