Les féministes manifestent pour un débat public sur le viol

Les féministes du mouvement ukrainien Femen devant le ministère de la Justice, à Paris, le 15 octobre 2012. 
Les féministes du mouvement ukrainien Femen devant le ministère de la Justice, à Paris, le 15 octobre 2012.  (MARTIN BUREAU / AFP)

Après le verdict controversé dans le procès des tournantes du Val-de-Marne, les féministes ont manifesté devant le ministère de la Justice. 

PROCES DES TOURNANTES - Que le parquet fasse appel du verdict controversé dans le procès des tournantes ne leur suffit pas. Plusieurs centaines de féministes se sont rassemblées, dans la soirée du lundi 15 octobre, près du ministère de la Justice, à Paris.

Fustigeant un fiasco judiciaire, une trentaine d'associations réclament, dans une lettre ouverte adressée vendredi à François Hollande, un "débat public" sur les violences contre les femmes. "Le verdict du procès du tribunal de Créteil a créé, en France, une incompréhension. Ce verdict est catastrophique : Il semble dire aux victimes, 'porter plainte ne sert à rien', et aux violeurs, 'vous ne serez pas condamnés ou si peu !'", écrivent-elles.

"La honte et la peur doivent changer de camp"

"Le corps des femmes n'est pas une marchandise, ni à vendre ni à prendre", ont scandé les quelque quatre cents personnes réunies devant les grilles de la place Vendôme. Les féministes, tout comme certains psys spécialisés, craignent que les victimes de viol soient davantage découragées de porter plainte après cette décision de justice qui les "écœure""La honte et la peur doivent changer de camp", proclamait l'une des banderoles brandies par les manifestantes. 

Dans la matinée, huit jeunes femmes du mouvement féministe Femen se sont déshabillées et ont couru, seins nus, vers les grilles du ministère de la Justice, qu'elles n'ont pu franchir. L'une d'elles avait écrit "Castration pour un violeur" sur son corps, une autre "viol à volonté"

Vous êtes à nouveau en ligne