Le bonneteau n'est pas une escroquerie, selon la cour d'appel de Paris

Un jeu de bonneteau dans la rue, le 2 février 2012 à Lille.
Un jeu de bonneteau dans la rue, le 2 février 2012 à Lille. (MAX ROSEREAU MAX ROSEREAU / MAXPPP MAXPPP)

Un jeune homme a été condamné à six mois de prison pour avoir organiser une partie de ce jeu de hasard dans la rue et "sans autorisation". En revanche, il n'a pas été reconnu coupable d'escroquerie.

Le bonneteau est-il une escroquerie ou jeu de hasard ? La cour d'appel de Paris a tranché pour la seconde option, mercredi 30 avril. Il a condamné à six mois d'emprisonnement un homme qui tenait un jeu de bonneteau aux abords de la tour Eiffel, écartant le chef d'escroquerie pour ne retenir que celui d'organisation de jeu de hasard sans autorisation.

Le bonneteau est un jeu qui consiste, pour l'organisateur, à montrer, pour commencer, une carte à jouer à des joueurs qui ont misé une somme en argent liquide. La carte est ensuite placée, retournée, sur une table de fortune puis mélangée le plus vite possible avec deux autres cartes à jouer, face cachée également. Les joueurs doivent retrouver la carte initiale en ayant suivi les mouvements rapides de l'organisateur. L'organisateur du bonneteau travaille souvent avec des complices, les "barons", qui simulent une partie sous les yeux des badauds et font mine de gagner, pour inciter les passants à jouer.

En première instance, le tribunal correctionnel de Paris avait estimé qu'en organisant ce jeu, le prévenu s'était bien rendu coupable d'escroquerie et l'avait condamné à huit mois de prison ferme.

 

Vous êtes à nouveau en ligne