Blocage de l'autoroute A1 par des gens du voyage : ouverture du procès à Amiens

France 3

Les douze prévenus ont tenté d'expliquer ce geste de colère collective. En août dernier, ils avaient coupé la circulation pendant plusieurs heures pour que l'un des leurs en prison puisse assister aux obsèques d'une proche.

Ce jeudi 4 février au tribunal d'Amiens, 12 prévenus comparaissent. 12 hommes âgés de 20 à 40 ans.  Ils sont accusés d'avoir bloqué l'autoroute A1 à Roye dans la Somme pendant plus de 14 heures. Un coup de force pour contester une décision judiciaire. Le 28 août 2015, une fusillade avait éclaté dans un camp des gens du voyage faisant quatre morts. Trois jours plus tard, les violences sur l'autoroute ont pour but de contraindre la justice à accepter que le fils d'une des quatre victimes incarcéré à Amiens obtienne une permission de sortie pour assister aux obsèques.

500 000 euros de dégâts 

Pour l'un des prévenus, cette colère était légitime. "C'est nous les assassins, nous, nous ne sommes pas des tueurs d'enfants. Jamais ça n'arrivera. Ce n’est pas bien ce qu'on a fait, mais ils l'ont cherché", réagit-il. L'avocat des prévenus de son côté dénonce une justice à plus sévère face aux gens du voyage. "Selon que vous êtes bonnet rouge ou voyageur, est-ce que le traitement sera le même ?", s'interroge me Jérôme Crépin. Les dégâts sont estimés à près d'un demi-million d'euros.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne