Anesthésiste soupçonné d'empoisonnements : "Il est inconcevable qu'il soit libre", déclarent les victimes

L\'anesthésiste Frédéric Péchier, le 29 mars 2017, à la sortie du tribunal de Besançon (Doubs).
L'anesthésiste Frédéric Péchier, le 29 mars 2017, à la sortie du tribunal de Besançon (Doubs). (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Frédéric Péchier, mis en examen pour 24 cas d'empoisonnements sur personnes vulnérables, a été laissé libre sous contrôle judiciaire par la juge des libertés et de la détention. Une décision qui "choque" l'association qui représente les victimes présumées.

"Pour nous, il est inconcevable qu'il soit libre", a déclaré Sandra Simard, porte-parole de l'association Avapolvi, vendredi 17 mai. Cette association qui représente les victimes présumées de Frédéric Péchier a donné une conférence de presse, au lendemain de la mise en examen de cet anesthésiste de Besançon (Doubs) qui a été laissé libre sous contrôle judiciaire par la juge des libertés et de la détention – une décision qui "choque" l'association.

Frédéric Péchier, 47 ans, a été mis en examen pour 17 nouveaux cas d'empoisonnements sur personnes vulnérables, ce qui porte à 24 le nombre de patients concernés entre 2008 et 2016. Parmi ces cas, neuf personnes sont mortes. L'annonce en pleine nuit, au terme de plusieurs heures d'audience à huis clos, a suscité l'étonnement.

"On sait que ce sera long"

L'association Avapolvi s'attend désormais à un long combat judiciaire dans ce dossier : "On sait que ce sera long, on s'attend pas à ce que le procès ait lieu dans quelques semaines, mais on l'attend avec impatience." De son côté, le médecin a désormais interdiction de se rendre à Besançon et dans la commune voisine où il réside. Il avait déjà été interdit de pratiquer sa profession depuis sa précédente mise en examen en 2017.

Vous êtes à nouveau en ligne