Affaire Tarnac

Le "groupe de Tarnac", présenté comme proche de l'ultra-gauche, est soupçonné d'être à l'origine de sabotages de lignes SNCF sur des caténaires dans l'Oise, l'Yonne et la Seine-et-Marne en 2008. Le groupe tient son nom d'une commune de Corrèze autour de laquelle gravitaient une vingtaine de jeunes militants, un groupe baptisé officieusement "comité invisible, sous-section du parti imaginaire". 

Huit d'entre eux, dont Julien Coupat, sont renvoyés devant un tribunal correctionnel, dont trois d'entre eux pour "association de malfaiteurs". Mais Jeanne Duyé, la juge antiterroriste en charge du dossier, n'a pas retenu la qualification de "terrorisme" pourtant requise par le parquet. Ce dernier a fait appel. 

Cette affaire a suscité une vive polémique, le gouvernement et la ministre de l'Intérieur de l'époque, Michèle Alliot-Marie, ayant été accusés de l'instrumentaliser en insistant sur son caractère terroriste.

Julien Coupat, 41 ans, et son épouse Yildune Lévy, 31 ans, ont reconnu leur présence dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008 à Dhuisy (Seine-et-Marne) aux abords de la voie ferrée où passe le TGV Est, mais ont toujours nié avoir participé à la pose d'un fer à béton, retrouvé plus tard sur la caténaire. 

plus
Julien Coupat arrive au tribunal de grande instance de Paris lors du deuxième jour du procès Tarnac, le 14 mars 2018.

"Gilets jaunes" : la garde à vue de Julien Coupat prolongée de 24 heures

Julien Coupat arrive au tribunal de grande instance de Paris lors du premier jour du procès Tarnac, le 13 mars 2018.

"Gilets jaunes" : Julien Coupat a été déféré au parquet de Paris

Julien Coupat arrive au tribunal de grande instance de Paris lors du deuxième jour du procès Tarnac, le 14 mars 2018.

"Gilets jaunes" : Julien Coupat interpellé et placé en garde à vue

Julien Coupat le leader du groupe de Tarnac au palais de justice de Paris, le 13 mars 2018.

Procès Tarnac : le parquet de Paris ne fait pas appel de la relaxe quasi-générale prononcée le 12 avril

Yildune Lévy, vendredi 13 avril sur France Inter.

Procès Tarnac : "On a été désignés comme les jeunes hérétiques qu'il fallait emmener au bûcher", témoigne Yildune Lévy

Le leader du groupe de Tarnac, Julien Coupat, arrive au palais de justice de Paris, le 14 mars 2018.

Tarnac : Lévy et Coupat relaxés

Julien Coupat au palais de justice de Paris, le 13 mars 2018.

Justice : relaxe quasi générale pour les militants du groupe de Tarnac

Jérémie Assous, avocat de Julien Coupat dans le cadre du procès du \"groupe de Tarnac\", le 12 avril 2018, à Paris.

Procès Tarnac : "La décision rendue n'est que justice", estime l'avocat de Julien Coupat

Manifestation de soutien aux mis en cause dans l\'affaire de Tarnac, à Limoges (Haute-Vienne), le 13 décembre 2008.

Justice : relaxe pour le groupe de Tarnac

Le leader du groupe de Tarnac, Julien Coupat, arrive au palais de justice de Paris, le 14 mars 2018.

Affaire Tarnac : relaxe générale

Julien Coupat au palais de justice de Paris, le 13 mars 2018.

Procès Tarnac : la relaxe "me réconcilie avec l'État de droit dans ce pays"

Le leader du groupe de Tarnac, Julien Coupat, arrive au palais de justice de Paris, le 14 mars 2018.

Procès Tarnac : Julien Coupat et Yildune Lévy relaxés pour la dégradation d'une ligne SNCF

La police judiciaire, en perquisition à Tarnac (Corrèze), le 11 novembre 2008.

DOCUMENT FRANCE 2. Affaire Tarnac : la revendication allemande passée sous silence par les services français

Julien Coupat, le leader du groupe de Tarnac, arrive au tribunal à Paris, le 13 mars 2018. 

Procès Tarnac : des peines légères, sans retour en prison, requises contre les huit prévenus

Les avocats Me Tymoczko et Me Dose, ainsi que Yldune Levy, ex-membre du groupe de Tarnac, arrivent au palais de justice de Paris, le 13 mars 2018.

Tarnac : la justice sur les lieux du sabotage

Panneau de signalisation de la ville de Tarnac, en Corrèze.

Procès du groupe de Tarnac : le tribunal se déplace exceptionnellement à Dhuisy

Panneau de signalisation de la ville de Tarnac, en Corrèze.

Procès Tarnac : le rapport des enquêteurs remis en question

Les avocats Me Tymoczko et Me Dose, ainsi que Yldune Levy, ex-membre du groupe de Tarnac, arrivent au palais de justice de Paris, le 13 mars 2018.

Procès Tarnac : l'audience se déplace sur les lieux du sabotage en Seine-et-Marne

La ville de Tarnac (Corrèze), le 8 mars 2018.

Premier jour du procès et première victoire pour le groupe de Tarnac

Julien Coupat, lors de son interview par une équipe d\'\"Envoyé spécial\", pour une enquête diffusée jeudi 8 mars 2018sur France 2.

Tarnac : des doutes sur l'enquête

Panneau de signalisation de la ville de Tarnac, en Corrèze.

Procès Tarnac : désinvolte, Julien Coupat remporte la première manche face à la justice

La ville de Tarnac (Corrèze), le 8 mars 2018.

Tarnac : le procès d'un fiasco

L\'une des personnes arrêtées le 11 novembre 2008, à Tarnac (Corrèze).

Tarnac : le procès d'une affaire controversée

La police judiciaire, en perquisition à Tarnac (Corrèze), le 11 novembre 2008.

C'est quoi l'affaire Tarnac ? On vous résume le dossier (qui s'est beaucoup dégonflé au fil des années)

Le village de Tarnac, en Corrèze. 

Affaire Tarnac : 10 ans après, la commune est toujours divisée

La police judiciaire, en perquisition à Tarnac (Corrèze), le 11 novembre 2008.

Avant le début du procès Tarnac, on vous résume l'affaire (qui s'est beaucoup dégonflée au fil des années)

Yldune Lévy, en septembre 2009 à Paris.

Affaire Tarnac : à la veille de son procès, Yildune Lévy dénonce "la manipulation policière"

L\'une des personnes arrêtées le 11 novembre 2008, à Tarnac (Corrèze).

Tarnac : procès d'un sabotage

Panneau de signalisation de la ville de Tarnac, en Corrèze.

Affaire Tarnac : "On est devant la version moderne du procès en sorcellerie"

Panneau de signalisation de la ville de Tarnac, en Corrèze.

Tarnac : le procès d'une affaire controversée

12

Vous êtes à nouveau en ligne