Manifestation des Femen en soutien à Jacqueline Sauvage

Attention : cette image est susceptible de heurter votre sensibilité.

Cliquez ici pour l'afficher.
Cinq Femen ont été interpellées ce vendredi alors qu\'elle manifestaient pour réclamer la libération de Jacqueline Sauvage.
Cinq Femen ont été interpellées ce vendredi alors qu'elle manifestaient pour réclamer la libération de Jacqueline Sauvage. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Cinq activistes Femen ont manifesté ce vendredi devant le Palais de Justice de Paris pour protester contre le maintien en détention de Jacqueline Sauvage. Une pétition circule pour réclamer une grâce présidentielle totale à son égard.

La mobilisation se poursuit en faveur de Jacqueline Sauvage : cinq activistes des Femen ont tenté d'entrer dans le Palais de Justice de Paris, dans l'après-midi du vendredi 25 novembre.

Mais à peine leurs manteaux retirés, les cinq manifestantes ont été interpellées par les policiers postés devant les grilles du bâtiment, aux cris de "Libérez Jacqueline, justice Sauvage !"

Cette femme, condamnée à dix ans de prison en 2014 pour le meurtre de son mari violent, est devenue le symbole des violences faites aux femmes.

Le Président de la République lui a accordé une grâce partielle, mais la Cour d'Appel de Paris a rejeté la seconde demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage ce jeudi. Parmi les motivations inscrites par les magistrats dans l'arrêt qui la maintient en détention, on retrouve la médiatisation du dossier, qui participe à la mobilisation autour de son cas. Elle rendrait "sa réflexion et sa prise de conscience plus difficile sur le sens de sa peine."

Pétition pour une grâce présidentielle totale

Pour Elvire Duvelle-Charles, du mouvement Femen France, le problème n'est pas là : "Je pense qu'elle est suffisamment consciente de son geste. La prise de conscience doit se faire au niveau de notre société, se rendre compte de ce que vivent les victimes de violence. Nous sommes tous d'accord pour dire que Jacqueline Sauvage a assassiné son mari. Maintenant, est ce qu'on peut prendre conscience de ce que représente une violence quotidienne envers les femmes ?"

La mobilisation va se poursuivre le 10 décembre à Paris, à l'appel du comité de soutien. En parallèle, une pétition circule sur internet pour demander la grâce présidentielle totale.

Jacqueline Sauvage, elle, se dit épuisée par ce parcours judiciaire et a renoncé à se pourvoir en cassation. La fin de sa peine est fixée au 2 juillet 2018.