"Il faut que cela s’arrête" : 88 personnalités lancent un appel à Macron pour agir contre les violences conjugales

L\'actrice Muriel Robin lors du festinal de la fiction à La Rochelle (Charente-Maritime), le 12 septembre 2018. 
L'actrice Muriel Robin lors du festinal de la fiction à La Rochelle (Charente-Maritime), le 12 septembre 2018.  (XAVIER LEOTY / AFP)

L'actrice française Muriel Robin est à l'initiative de cette tribune publiée dans "Le Journal du dimanche".

"Il faut que cela s’arrête. Il faut que notre cri de révolte soit aussi retentissant que le déni qui règne aujourd’hui." Muriel Robin et 87 personnalités lancent un appel à Emmanuel Macron pour agir contre les violences conjugales. L'actrice française est à l'initiative de cette tribune publiée dans Le Journal du dimanche daté du 23 septembre.

Muriel Robin incarne Jacqueline Sauvage à l'écran, du nom de cette femme condamnée pour le meurtre de son mari violent en 2012 et qui a bénéficié d'une grâce présidentielle en 2016. Le film est diffusé sur TF1 le 1er octobre prochain. 

Appel à manifester le 6 octobre

"Tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou de son ancien conjoint", rappellent les auteurs de la tribune, parmi lesquels figurent Roselyne Bachelot, Laurent Baffie, Victoria Bedos ou encore François Berléand. "L’an dernier, 123 ont ainsi perdu la vie. Et 225 000 autres ont été victimes de violences conjugales. Ces femmes ne sont pas des inconnues : ce sont nos mères, nos filles, nos amies, nos voisines", écrivent-ils.

Rappelant que la lutte contre les violences faites aux femmes a été proclamée "grande cause nationale" pour l’année 2018, les signataires demandent "une formation obligatoire nationale de tous les métiers de loi (police, gendarmerie, juges, magistrats) et un plan d’urgence pour l’hébergement des femmes". 

Ils attirent également l'attention sur la nécessité de "contraindre les hommes 'violents' à se soigner". Ces personnalités appellent à manifester le samedi 6 octobre à 14 heures, devant le palais de justice de Paris. 

Vous êtes à nouveau en ligne