Grâce présidentielle pour Jacqueline Sauvage

France 3

La décision de François Hollande a été annoncée ce dimanche 31 janvier. Jacqueline Sauvage bénéficie d'une grâce présidentielle. Ses filles et son avocate ont été les premières informées.

Jacqueline Sauvage aura passé deux ans et demi derrière les barreaux. Deux jours après avoir reçu ses filles à l'Élysée, François Hollande accorde la grâce partielle à Jacqueline Sauvage. Ce dimanche soir, pour toute sa famille, c'est sans doute la fin d'un long calvaire. C'est à 19 heures que le communiqué de l'Élysée est tombé.

Avec cette grâce partielle, le chef de l'État évite à Jacqueline Sauvage de passer encore deux ans et demi derrière les barreaux. L’épilogue d'un combat judiciaire et un beau coup politique. "Je trouve que c'est un message fort, à la fois concernant ma cliente et aussi vis-à-vis de toutes ces femmes maltraitées et battues dans toute la France", estime Me Tomasini.

Un mari violent et incestueux

Pour Éva Darlan, membre du comité de soutien à Jacqueline Sauvage, "le président a bien fait, a été juste et récupère politiquement les femmes". Battue pendant 47 ans par un mari qui abusait de ses enfants, cette mère de famille avait tué son époux de trois balles dans le dos. Mais les juges avaient rejeté l'argument de la légitime défense.

A nouveau condamnée à 10 ans de prison début décembre, son histoire suscite la mobilisation. 400 000 personnes signent une pétition pour appeler à sa libération. Aujourd'hui, François Hollande fait jouer, pour la seconde fois de son mandat, un privilège présidentiel auquel il s'était dit hostile. Il a donc manoeuvré en douceur pour ne pas court-circuiter la justice. La grâce n'est que partielle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne