Grâce de Jacqueline Sauvage : "la violence aux femmes n'est pas quelque chose d'anodin"

FRANCE 3

Eva Darlan, membre du comité de soutien à Jacqueline Sauvage, revient sur la libération de la femme de 69 ans.

Après la grâce et la libération de Jacqueline Sauvage, Éva Darlan, membre du comité de soutien de la sexagénaire, explique être "absolument émue". "Je suis ravie, je suis soulagée.J'ai un poids en moins sur la poitrine. C'est formidable. François Hollande a un peu trainé les pieds. Il a un petit peu hésité, ce qui a donné quand même un an de douleur à cette femme, à son entourage, à tout le monde. Mais en la graciant maintenant, François Hollande montre qu'il s'intéresse aux femmes, à la douleur des femmes et aux femmes victimes de violences conjugales, à la vie des femmes, puisque les femmes meurent sous les coups de leur compagnon", a-t-elle ajouté.

Un sujet de société

Eva Darlan espère aussi "que ça peut être une avancée. Parce qu'il y a un vrai sujet de société". Elle ajoute : "La violence qui est faite aux femmes est un fait de société. Ce n'est pas anodin, ce n'est pas quelque chose dont on parle en se faisant des manucures. C'est quelque chose de très grave. Des hommes, heureusement, sont avec nous pour dire qu'ils ne sont pas d'accord avec cette violence et pour militer contre ça. Et il faut que les gouvernements aussi nous aident, nous facilitent la vie en faisant des formations des métiers de loi".
Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne