Grâce de Jacqueline Sauvage : "François Hollande vient de faire un geste sociétal", estime son avocate

Jacqueline Sauvage à la cour d\'appel d\'assises de Blois (Loir-et-Cher), le 3 décembre 2015. 
Jacqueline Sauvage à la cour d'appel d'assises de Blois (Loir-et-Cher), le 3 décembre 2015.  (PHILIPPE RENAUD / MAXPPP)

François Hollande a accordé mercredi une grâce totale à Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent. Son avocate, Janine Bonaggiunta a exprimé sa satisfaction sur franceinfo.

François Hollande a accordé à Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent, "une remise gracieuse du reliquat de sa peine d'emprisonnement" qui doit mettre "fin immédiatement à sa détention".

"Nous sommes toutes sous le choc, un choc positif", a réagi sur franceinfo Me Bonaggiunta, l'une des avocates de Jacqueline Sauvage, qui a eu sa cliente au téléphone quelques heures avant cette annonce du chef de l'État. "Elle patientait tranquillement. Pour elle, cela va être une explosion de joie et de réconfort" a commenté Me Bonaggiunta. 

Franceinfo : Dans quel état d'esprit était Jacqueline Sauvage avant cette annonce ?

Janine Bonaggiunta : Jacqueline Sauvage est parfaitement consciente de ce qu'elle a fait, du fait qu'elle ait tué son mari. Elle en cauchemarde chaque nuit. Il faut aller plus loin dans l'esprit de cette femme. Elle ne sera jamais guérie de ce qu'elle a fait. Elle a tout à fait conscience du geste qu'elle a commis et qui est irréparable. On n'efface pas d'un seul coup cette histoire. Elle est très marquée.

Jacqueline Sauvage est devenue le symbole des femmes battues. Comment va-t-elle aborder sa sortie ?

Elle veut vraiment être tranquille et en paix. Elle a choisi d'être hébergée par l'une de ses filles, loin du lieu du crime et de tout ce qui peut lui rappeler cette médiatisation, loin de Paris. Elle veut retrouver les siens dans le calme et la sérénité. Elle est extrêmement touchée par ce qu'elle a provoqué, elle ne comprend pas. Elle est extrêmement émue des lettres et reconnaissante. Bien malgré elle, Jacqueline Sauvage a été le symbole des femmes battues.

Pourquoi François Hollande est-il allé contre la décision des juges de la cour d'appel ?

Il a peut-être compris la sensibilité de la famille, et de cette femme, après avoir rencontré ses filles. Le président a pris conscience que beaucoup de personnes voulaient s'exprimer et combattre contre cette violence qui est faite aux femmes. Il vient de faire un geste sociétal. Il a été touché par leur histoire, est entré dans les confidences. Il avait le choix. Il a ce côté humain qui fait qu'il a compris beaucoup de choses, peut-être non comprises par les magistrats.

"Nous sommes toutes sous un choc positif", Janine Bonaggiunta, l'une des avocates de Jacqueline Sauvage
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne