"Je n'en reviens toujours pas", déclare Jacqueline Sauvage au 20 heures de France 2

Jacqueline Sauvage à la cour d\'appel d\'assises de Blois, le 3 décembre 2015.
Jacqueline Sauvage à la cour d'appel d'assises de Blois, le 3 décembre 2015. (PHILIPPE RENAUD / MAXPPP)

François Hollande a accordé, le 28 décembre, une grâce totale à Jacqueline Sauvage, condamnée pour le meurtre de son mari violent.

Jacqueline Sauvage est l'invitée du 20 heures de France 2, vendredi 6 janvier. Fin décembre, François Hollande lui a accordé "une remise gracieuse du reliquat de sa peine d'emprisonnement". Jacqueline Sauvage avait été condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent. Lors des procès, en octobre 2014 puis en appel en décembre 2015, les trois filles de Jacqueline Sauvage avaient témoigné à charge contre leur père, expliquant avoir été violées et battues, comme l'avait été leur mère.

Des décisions de justice opposées à sa libération. François Hollande avait déjà gracié Jacqueline Sauvage partiellement le 31 janvier, lui permettant de demander une libération conditionnelle. Mais cette demande avait été rejetée en première instance, puis en appel.

Un consensus autour de sa libération. Le geste présidentiel a fait l'unanimité dans la classe politique, de Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon, en passant par Manuel Valls ou le camp de François Fillon, qui ont tous salué la nouvelle.

Une mobilisation importante pour sa libération. Jacqueline Sauvage est devenue un symbole des violences conjugales. De nombreuses manifestations ont eu lieu pour demander sa grâce, à l'initiative de son comité de soutien, présidé par l'actrice Eva Darlan.

20h30 : Jacqueline Sauvage avait été condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent. Regrette-t-elle ce geste aujourd'hui ? "Je ne suis pas coupable", répond-elle à Laurent Delahousse.

20h26 : Nathalie Tomasini, avocate de Jacqueline Sauvage, évoque les critiques de certains magistrats contre la grâce présidentielle accordée à sa cliente. "Le président de la République a tranché, rappelle-t-elle. Il a tranché en équité. Et, parfois, équité et justice ne sont pas la même chose."

20h26 : "J'étais dans ma cellule, en train de rédiger une nouvelle demande de libération conditionnelle. Ma porte s'est ouverte. La gradée m'a dit : 'vous n'avez pas entendu, madame Sauvage ? Vous être libre, tout de suite.' J'ai levé les bras au ciel, je ne savais plus où donner de la tête. (...) Et je n'en reviens toujours pas."


(FRANCE 2)

20h18 : Jacqueline Sauvage est invitée du 20 heures de France 2. Regardez son interview en direct.

Vous êtes à nouveau en ligne