Jura : la mère et le beau-père d'une fillette de trois ans victime de coups et brûlures mis en examen

L\'entrée du CHRU de Besançon (Doubs), 1er mai 2006. (Photo d\'illustration)
L'entrée du CHRU de Besançon (Doubs), 1er mai 2006. (Photo d'illustration) (MAXPPP)

La mère et le beau-père d'une fillette de trois ans, victime de violences, ont été mis en examen pour "violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente" et pour "non-assistance à personne en danger", rapporte France Bleu Besançon lundi.

La mère et le beau-père de la fillette de trois ans hospitalisée, vendredi 9 juin à Dole dans le Jura, après avoir été frappée et brûlée, ont été mis en examen pour "violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente" et pour "non-assistance à personne en danger" dimanche soir, rapporte, lundi 12 juin, France Bleu Besançon. L'enfant est toujours dans le coma, mais son pronostic vital n'est plus engagé.

"Au moment où l'on parle, le pronostic vital n'est plus engagé, mais, selon les médecins qui continuent à s'occuper de ce terrible cas, elle en gardera vraisemblablement des séquelles à vie", annonce à France Bleu Besançon la procureure de la République de Besançon (Doubs), Edwige Roux-Morizot.

Hospitalisée dans un état critique

Lorsqu'elle a été amenée à l'hôpital de Dole, vendredi, la fillette présentait de nombreux hématomes et des brûlures à vif au deuxième degré au niveau des fesses. Un premier bilan des médecins a également permis de détecter une hémorragie intracrânienne et une fracture de la clavicule droite. Etant donné son état, l'enfant née le 29 mars 2014, a été immédiatement transférée au CHRU Jean-Minjoz de Besançon. Les médecins ont signalé son cas à la justice.

La mère de l'enfant, une jeune femme de 23 ans, et son compagnon âgé de 27 ans, nient être à l'origine de ces coups et brûlures et ils défendent la thèse de l'accident. Le couple risque jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle. Le dossier a été confié au pôle de l'instruction de Besançon.