Deux hommes mis en examen et écroués pour des incendies en Gironde

Vue aérienne de la forêt de pins et de la plage de Naujac-sur-Mer (Gironde) le 11 août 2013.
Vue aérienne de la forêt de pins et de la plage de Naujac-sur-Mer (Gironde) le 11 août 2013. (LEROY FRANCIS / HEMIS.FR / AFP)

Ils ont reconnu être à l'origine de deux incendies survenus le 17 juillet à Gaillan-en-Médoc et le 25 juillet à Naujac. Ces incendies n'ont pas de rapport avec le feu de Saint-Jean-d'Illac.

Deux hommes, qui ont reconnu être à l'origine de plusieurs incendies de forêt en Gironde, ont été mis en examen pour "incendies criminels" et écroués lundi soir, a annoncé mardi 28 juillet la gendarmerie. Ils ont été placés en détention à Angoulême (Charente) et à Gradignan, près de Bordeaux (Gironde).

Selon les informations d'iTélé, les deux hommes, âgés de 28 et 50 ans et originaires du Médoc, sont soupçonnés d'avoir provoqué les incendies survenus le 17 juillet à Gaillan-en-Médoc et le 25 juillet à Naujac. Quatre hectares sont partis en fumée. Ces incendies n'ont pas de lien avec le feu de Saint-Jean-d'Illac.

Ils ont reconnu avoir mis volontairement le feu

"Ils n'ont pas donné les raisons de leur geste", dit la gendarmerie. "Nous avons interpellé très rapidement les auteurs qui ont reconnu avoir mis volontairement le feu (...) ainsi que d'autres incendies sans qu'ils se rappellent exactement le nombre et le lieu", a précisé le colonel Ghislain Réty, commandant du groupement de gendarmerie de la Gironde.

Par ailleurs, l'enquête se poursuit sur l'incendie de Saint-Jean-d'Illac, où 580 hectares de pinède ont été réduits en cendres depuis vendredi. La thèse accidentelle est privilégiée pour ce sinistre, à une vingtaine de kilomètres de Bordeaux. "Il y a un automobiliste qui a été vu jetant un mégot de cigarette, ce pourrait donc être une cause accidentelle, a dit le colonel Réty. Et il y a d'autres automobilistes qui auraient pu déclencher le feu. C'est la piste que nous privilégions. Mais on n'exclut pas la piste criminelle."