Sapeurs-pompiers : une grève pour réclamer plus de moyens

FRANCE 3

Les pompiers continuent d'assurer leur mission alors que depuis plus d'un mois, les appels à la grève se multiplient. Le mouvement chez les sapeurs-pompiers s'étend. Comme les urgentistes, ils réclament plus de moyens, car leurs activités augmentent, mais pas leurs effectifs.

Poings levés, vestes lâchées, ce sont les signes de la colère des pompiers des Pyrénées-Atlantiques et de leurs collègues aux quatre coins de la France. Depuis le 26 juin, les soldats du feu sont en grève. Pour eux, le problème principal concerne les gardes de 24 heures qui ne sont pas rémunérées intégralement. "Ces 24 heures sont décomptées en temps de travail que pour 17 heures. Ce qui nous amène à faire jusqu'à 650 heures de bénévolat imposé par an", explique Jean-Marc Scopel, sécrétaire départemental du syndicat Unsa.

396 200 missions de plus en cinq ans

Selon le ministère de l'Intérieur, les effectifs des pompiers professionnels stagnent depuis 2012, mais le nombre des missions augmente : + 396 200 en cinq ans. Résultat, la fatigue gagne les rangs des sapeurs pompiers. Les soldats du feu veulent aussi des renforts et plus de reconnaissance. Ils réclament donc des recrutements supplémentaires, un recentrage sur les missions d'urgence, mais aussi la hausse de leur prime de feu.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne