Pyrénées-Atlantiques : ce que l'on sait de l'incendie à Anglet, qui a ravagé plus de 160 hectares de forêt

La forêt de Chiberta, à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), est en proie aux flammes, le 30 juillet 2020.
La forêt de Chiberta, à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), est en proie aux flammes, le 30 juillet 2020. (GAIZKA IROZ / AFP)

Une vingtaine de personnes ont été légèrement intoxiquées par les fumées, et cinq à six maisons ont été partiellement ou entièrement détruites. 

Un spectaculaire incendie a pris dans une forêt au cœur d'Anglet (Pyrénées-Atlantiques) jeudi 30 juillet, avant d'être "maîtrisé" vendredi matin. Quelque 165 hectares de végétation ont été détruits, selon le maire d'Anglet, Claude Olive, qui a exhorté ses administrés à ne pas se rendre sur les lieux, afin d'en laisser l'accès aux sapeurs-pompiers.

>> Incendie à Anglet : suivez les dernières informations dans notre direct

"Le feu est maîtrisé sur tous les flancs", a aussi indiqué vendredi matin Eric Spitz, le préfet des Pyrénées-Atlantiques, lors d'une conférence de presse. Voici ce que l'on sait sur cet incendie.

Où s'est déclaré le feu ?

L'incendie s'est déclaré jeudi en fin d'après-midi dans la forêt de Chiberta, un secteur boisé de plus 250 hectares, bordé notamment par un prestigieux parcours de golf et de luxueuses villas. Elle est située dans le centre-ville d'Anglet, une commune littorale de 40 000 habitants, qui se trouve entre Biarritz et Bayonne.

La forêt de Chiberta, au cœur d\'Anglet (Pyrénées-Atlantiques), le 21 août 2018.
La forêt de Chiberta, au cœur d'Anglet (Pyrénées-Atlantiques), le 21 août 2018. (PASQUINI CEDRIC / HEMIS.FR / AFP)

Le forêt de Chiberta, densément peuplée, "est une grande pinède avec de hauts arbres très difficiles à atteindre", a expliqué le secrétaire général de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, Eddie Bouttera.

Quels sont les dégâts ?

Remontant vers le nord et l'embouchure de l'Adour, le feu a notamment consumé le parc écologique Izadia et sa Maison de l'environnement, selon le maire, Claude Olive. "Cent hectares de forêt ont été détruits d'un seul tenant, 165 hectares avec les sautes de feu. (...) C'est une partie de notre patrimoine environnemental qui est parti en fumée", a déploré l'élu. 

Le parc écologique Izadia, au lendemain de l\'incendie qui a ravagé 165 hectares à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), le 31 juillet 2020.
Le parc écologique Izadia, au lendemain de l'incendie qui a ravagé 165 hectares à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), le 31 juillet 2020. (GAIZKA IROZ / AFP)

"Une vingtaine de personnes sont passées par l'hôpital (dont deux pompiers et neuf policiers)" pour des intoxications, sans gravité, par les fumées, "mais toutes sont ressorties sans problème", a indiqué Eric Spitz vendredi.

Par ailleurs, "cinq à six maisons ont été partiellement ou complètement détruites", a-t-il détaillé. Une centaine d'habitants ont été évacués jeudi soir et ne devraient pas pouvoir rentrer chez eux "avant la fin d'après-midi" vendredi pour les derniers, selon Claude Olive.

Une cellule médico-psychologique a été mise en place par le Centre hospitalier de la Côte Basque pour accompagner les riverains.

Quels ont été les moyens déployés ?

Quelque 150 sapeurs-pompiers ont été mobilisés au plus fort du dispositif jeudi soir, en combinant les forces du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) des Pyrénées-Atlantiques, de Gironde et du Lot-et-Garonne. Deux Canadairs venus de Bordeaux ont effectué 18 largages jusqu'à la tombée de la nuit, jeudi, selon la Sécurité civile. Par ailleurs, 60 policiers et des équipes du Samu étaient également sur place.

Quelque 130 pompiers et les Canadairs étaient toujours engagés vendredi en début de matinée, en protection et en surveillance. "Nous avons quatre équipes de 20 personnes qui éteignent les dernières flammèches, a indiqué le préfet. Nous avons aussi des équipes qui vont surveiller le terrain parce que le vent va à nouveau se lever en fin de matinée".

"Les conditions climatiques ne sont pas bonnes du tout, avec un taux d'humidité très bas, un fort vent chaud et des températures très élevées, ça ne nous aide pas", a déploré le maire d'Anglet.

Quelle est l'origine du feu ?

L'origine de l'incendie n'était toujours pas déterminée vendredi matin. Une enquête a été ouverte par le parquet de Bayonne pour "destruction par incendie", a annoncé le procureur Jérôme Bourrier, dans un communiqué. L'enquête, qui devra établir si l'origine du sinistre est volontaire ou accidentelle, a été confiée à l'antenne de la police judiciaire de Bayonne. "Même en l'absence de caractère intentionnel", la destruction de forêts "est susceptible de constituer un délit" passible de cinq à sept ans d'emprisonnement et d'une amende de 100 000 euros, a rappelé le procureur.

Les pompiers dans le Sud-Ouest rappellent régulièrement que 94% des incendies de forêt sont d'origine humaine. Le maire d'Anglet, Claude Olive, a d'ailleurs souligné que dans "une forêt très fréquentée" comme celle de Chiberta, "il y a des règles à respecter".

Sur BFMTV, vendredi, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a elle aussi appelé la population à faire preuve de "bon sens", rappelant que "90% des incendies étaient d'origine humaine". "Des feux évitables, il y en a beaucoup", a-t-elle ajouté, en rappelant de ne pas allumer de feux ou barbecue, jeter des mégots ou faire des travaux causant des étincelles, près des forêts.

Vous êtes à nouveau en ligne