Bormes-les-Mimosas, La Croix-Valmer, Mirabeau, Biguglia... Où en sont les incendies dans le sud-est de la France ?

Un incendie en cours à Artigues (Var), le 25 juillet 2017.
Un incendie en cours à Artigues (Var), le 25 juillet 2017. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Si en Haute-Corse ou dans les Alpes-Maritimes, le feu est désormais fixé, ce n'est pas le cas dans le Var où un nouvel incendie s'est déclaré.

Les incendies font rage en cet été 2017. D'importants feux sont en cours ou tout juste circonscrits, mardi 25 juillet, dans le sud-est du pays mais aussi en Haute-Corse. Près de 4 000 hectares sont partis en fumée tandis qu'une vingtaine de secouristes ont été blessés. La France a même dû "solliciter deux avions Canadair dans le cadre de l'aide européenne", selon le directeur général de la Sécurité civile.

Un premier avion prêté par l'Italie est arrivé en Corse en provenance de Gênes. Au total, 19 avions bombardiers d'eau – 10 Canadair, sept Tracker et deux Dash –ont été engagés pour aider plus de 4 000 pompiers et militaires de la Sécurité civile, a précisé le ministère de l'Intérieur sur Twitter. Franceinfo revient sur ces incendies qui ont conduit à l'évacuation de dizaines de personnes.

Environ 12 000 personnes évacuées à Bormes-les-Mimosas

Un nouvel incendie a brûlé au moins 800 hectares près de Bormes-les-Mimosas (Var), dans la nuit de mardi à mercredi, et environ 12 000 personnes, dont 3 000 campeurs, ont dû être évacuées par précaution. La mairie de Bormes-les-Mimosas a mis en place une cellule de crise et ouvert plusieurs centres d'accueil.

Les pompiers font également face à une reprise importante des flammes entre La Londe-les-Maures et Bormes. Quelque 610 pompiers sont actuellement mobilisés, mais environ 200 soldats du feu supplémentaires, en provenance d'autres départements, sont attendus sur place. Deux trackers survolent la zone depuis plus d'une heure et des Canadair devraient arriver dans la matinée. Deux maisons ont été touchées et un policier souffre de la cheville.

Plus de 2 600 hectares partis en fumée dans le Var

Les incendies d'Artigues et de La Croix-Valmer, dans le Var, sont désormais "contenus", rapporte France Bleu Provence. Dans le secteur d'Artigues, où le vent a faibli, le feu a été stoppé à 80 mètres des habitations à Seillons-Sources-d'Argens. Les flammes ont parcouru entre 1 600 et 1 700 hectares. Au total, 70 pompiers sont toujours sur place, mais l'essentiel des troupes s'est dirigé vers Bormes-les-Mimosas.

Même situation à La Croix-Valmer, près de Saint-Tropez, où 70 pompiers sont également mobilisés pour gérer d'éventuelles reprises du feu. 500 hectares ont été détruits, selon un dernier bilan. Sept pompiers ont été légèrement blessés à La Croix-Valmer et deux autres également à Artigues.

La Haute-Corse connaît une relative accalmie

Selon un bilan provisoire des autorités, 1 800 hectares ont brûlé en Haute-Corse. Grâce à des vents moins forts, le département connaît mardi une relative accalmie, après des flammes impressionnantes dans la nuit qui ont ravagé les maquis et menacé des maisons.

A Biguglia, quelques reprises inquiétaient toujours les secouristes mardi après-midi. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, s'est rendu dans la soirée au poste de commandement des secours où il s'est dit "impressionné par le courage et le professionnalisme des 4 000 sapeurs-pompiers et des militaires de la Sécurité civile encore déployés ce soir sur les incendies". Ce dernier a également annoncé l'achat de six Canadairs pour 2018.

Dans le Vaucluse, le feu toujours actif en direction de Mirabeau

Dans le sud du Luberon, le feu était contenu, mais toujours actif sur le flanc gauche, en direction de Mirabeau. Quelque 800 hectares de végétation sont déjà partis en fumée tandis que cinq pompiers, parmi les 500 qui combattent les flammes, ont été blessés. Deux d'entre eux ont été gravement brûlés au visage et aux mains, selon le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb.

Dans les Alpes-Maritimes, l'impression "d'avoir échappé au pire"

Le feu est désormais fixé à Carros (Alpes-Maritimes). Il a détruit au moins 80 hectares de végétation depuis lundi après-midi. Dix personnes ont dû être évacuées et hébergées par la ville. Une maison a été détruite totalement, deux autres partiellement. Un pompier a été blessé et brûlé à la main.

Le maire Charles Scibetta a découvert mardi "un paysage lunaire". "C'est catastrophique ! On a vraiment échappé au pire", a-t-il témoigné sur franceinfo.

Un incendie circonscrit près de Nîmes

Au nord de Nîmes, un incendie a détruit, mardi soir, 16 hectares en pleine zone urbanisée au nord de Nîmes. Il est désormais circonscrit, selon France Bleu Gard Lozère, c'est-à-dire que les flammes ne se propagent plus. Aucun blessé n'est à déplorer chez les 150 pompiers engagés ou chez les riverains, dont une vingtaine ont été évacués. Ces dernières devraient bientôt pouvoir rentrer chez elles.

Les pompiers sont assistés de quatre avions et des renforts sont attendus du département de l'Ardèche pour éteindre le feu définitivement. La cause de l'incendie n'est pas encore déterminée.