Incendies : "En Méditerranée, les conditions climatiques sont de plus en plus favorables aux feux"

Vue aérienne d\'un incendie près du village de Calenzana (Haute-Corse) le 25 février 2019.
Vue aérienne d'un incendie près du village de Calenzana (Haute-Corse) le 25 février 2019. (SDIS HAUTE CORSE / SDIS HAUTE CORSE)

Robert Vautard, climatologue, a réagi sur franceinfo alors qu'une cinquantaine de départs de feu ont été enregistrés en Corse depuis samedi.

Environ 1 500 hectares ont été détruits par les incendies en Corse depuis samedi 23 février. 48 départs de feu ont été constatés dont une trentaine en Haute-Corse où certains incendies ne sont pas encore maîtrisés. La majorité de ces feux seraient liés à des opérations d'écobuage. "En Méditerranée, les conditions climatiques sont de plus en plus favorables aux feux", a expliqué lundi sur franceinfo Robert Vautard, climatologue, directeur de recherche CNRS au laboratoire des sciences du climat et de l'environnement et à l’Institut Pierre-Simon Laplace, coordinateur d’un des chapitres du rapport du GIEC qui sera publié en 2021.

franceinfo : Ces incendies en plein hiver sont-ils liés au réchauffement ?

Robert Vautard : Les incendies sont toujours liés à deux types de facteurs. Les facteurs climatiques, météorologiques et les facteurs humains, la façon dont on se comporte. D'une manière générale, en Méditerranée, les conditions climatiques sont de plus en plus favorables aux feux avec un asséchement et un déficit de précipitations en hiver qui s'accentue. L'une des causes probables est le changement climatique.

La Méditerranée est-elle en première ligne face au réchauffement climatique ?

On dit souvent que la Méditerranée est l'un des endroits où le réchauffement climatique va frapper le plus fort. Il a déjà commencé à se manifester sur des sécheresses ou des grandes vagues de chaleur comme en 2017 et cela va continuer.

A-t-on déjà connu de telles sécheresses d'hiver ?

Oui, elles arrivent de temps à autres, mais la fréquence des périodes sèches en hiver augmente et les cumuls de pluie diminuent sur les décennies précédentes, ce qui fait que les conditions de sécheresse sont plus propices à ce type d'évènements.

Donc, il y a plus de matières combustibles ?

Il y a plus de conditions favorables aux déclenchements des feux, qu'ils soient criminels ou non. Malgré tout, il faut préciser que l'évolution d'une manière générale du nombre de feux n'est pas flagrante même si les conditions climatiques deviennent de plus en plus défavorables et cela grâce à une meilleure gestion.

Vous êtes à nouveau en ligne