Incendies dans le sud de la France : "Il faut continuer à être extrêmement prudent"

Incendie dans le Massif des Calanques à Marseille le 5 septembre 2016
Incendie dans le Massif des Calanques à Marseille le 5 septembre 2016 (BORIS HORVAT / AFP)

Plusieurs incendies violents se sont déclenchés lundi dans le sud de la France. Les départements de l'Aude, du Tarn et des Bouches-du-Rhône ont été particulièrement touchés. Des centaines d'hectares ont été ravagés.

"Il faut continuer à être extrêmement prudent quand on est dans des zones à risques", a expliqué mardi sur franceinfo Eric Rigolot, ingénieur de recherche à l’INRA (Institut national de recherche agronomique) à l’unité Écologie des forêts méditerranéennes.

"On a une sécheresse durable cette année. Les arbres souffrent et les réserves du sol sont épuisées. Et la météo ne prévoit pas de pluies significatives." La saison de feu 2016 n'est pas exceptionnelle, en regard des 30 ou 40 dernières années. "Les bilans étaient bien pires en 1989, 1990, et 2003. Mais elle est exceptionnelle si on la regarde sur ces dix dernières années", a précisé l'ingénieur de l'INRA.

"Le temps de reconstitution d'une forêt est très long. Particulièrement dans ces zones littorales. Lorsque ces feux sont trop fréquents, la forêt n'a plus sa chance. Donc on a un paysage qui est durablement touché."

Pour prévenir ces incendies, il faut coordonner les actions de débroussaillement et les moyens de lutte. Mais "la loi sur l'obligation légale de débroussaillement autour des habitations n'est pas appliquée correctement", a déploré Eric Rigolot. "Il est temps de la généraliser."

Eric Rigolot, ingénieur de recherche à l’INRA : "Les bilans étaient bien pires en 1989, 1990, et 2003"
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne