Incendies dans le Gard : "Toutes les conditions sont réunies pour atteindre un degré de risque exceptionnel"

Un Canadair de la Sécurité civile intervient sur un incendie près de Générac (Gard), le 2 août 2019. Le même jour, un bombardier d\'eau de type Tracker, plus petit, s\'est écrasé en combattant cet incendie, tuant son pilote.
Un Canadair de la Sécurité civile intervient sur un incendie près de Générac (Gard), le 2 août 2019. Le même jour, un bombardier d'eau de type Tracker, plus petit, s'est écrasé en combattant cet incendie, tuant son pilote. (PASCAL GUYOT / AFP)

Le niveau de risque d'incendie n'a jamais été aussi élevé dans le Gard. Face à un coktail explosif composé de sécheresse et de vent, 300 sapeurs-pompiers sont mobilisés préventivement dans le département.

C'est une première dans le département du Gard. Le niveau de risque d'incendie n'a jamais été aussi élevé. La préfecture parle d'une situation "exceptionnelle" et 300 sapeurs-pompiers sont mobilisés en prévention. Sur Franceinfo, le commandant Eric Agrinier, responsable de la communication opération du SDIS du Gard regrette : "Toutes les conditions sont réunies aujourd'hui pour atteindre ce degré de risque d'incendie exceptionnel. Le département du Gard est coupé en huit secteurs, deux ont atteint ce niveau de risque exceptionnel, quatre autres sont en risque très sévère pour la journée du lundi 2 septembre et peut-être même pour les jours suivants puisqu'il semblerait que l'épisode venteux qui touchait notre département s'installe pour plusieurs jours."

Un cocktail de sécheresse et de vent

Ce risque extrêmement élevé est dû aux périodes de canicules qui s'enchaînent depuis le mois de juin. Selon le commandant Eric Agrinier, "on a connu plusieurs périodes de canicule depuis déjà le mois de juin, avec plusieurs feux de forêt importants qui ont touché notre département sur les communes de Saint-Gilles et de Générac, et aussi en juillet et même en août. L'été est loin d'être terminé chez nous et nous avons le devoir de rester complètement mobilisé par rapport à ce risque qui est très important en ce mois de septembre."

Il y a eu des feux sur lesquels nous avons dû lutter dans des zones particulièrement complexes pour nous Eric Agrinier, responsable de la communication opération du SDIS 30

L'été 2019 risque de rester malheureusement dans les mémoires, tant les incendies ont été dévastateurs. Les surfaces parcourues ont été largement supérieures à celles de l'année dernière, selon le responsable de la communication opération du SDIS du Gard. Les feux ont été très violents avec des vitesses de propagation élevées, explique-t-il : "Il y a eu des feux sur lesquels nous avons dû lutter dans des zones particulièrement complexes pour nous. Dans des zones périurbaines, avec une présence humaine importante, des maisons et des habitations à protéger très rapidement, par exemple. Cette présence humaine peut générer des ambiances de panique. Ce sont les feux les plus complexes pour les sapeurs-pompiers parce qu'ils diluent nos moyens."

Vous êtes à nouveau en ligne