Incendie mortel à Paris : une cellule psychologique mise en place pour les sinistrés

France 2

Une cellule psychologique a été ouverte après le drame de l'incendie d'un immeuble rue Erlanger dans la nuit du mardi 5 février, qui a fait 10 morts et 37 blessés.

Des secouristes, des psychologues, des infirmières... Ils sont venus écouter les traumatismes des victimes, mettre des mots sur la douleur. Une prise en charge médico-psychologique indispensable pour les sinistrés. "J'ai vu des personnes sur le toit, le feu est monté jusqu'au toit, c'est un ancien immeuble, j'ai l'impression qu'il n'y avait que du bois dans cet immeuble, cela prenait très vite, j'étais dans un barbecue. Je vous dis la vérité, je ne voyais pas le bout. Je me suis dit que c'était bientôt mon heure", explique un rescapé. 

Traumatisme psychologique 

Pour les habitants, le traumatisme est important. Un choc tellement profond que les syndromes peuvent apparaître parfois beaucoup plus tard. "On peut être victime d'un événement à fort potentiel psychotraumatique à un temps T et puis développer des symptômes de stress des mois, voire des années après, donc le travail que l'on fait ici ce n'est pas uniquement pour les personnes qui sont en état de stress dépassé ou aigu, mais c'est même pour ceux qui se sentent bien", explique Gaëlle Abgrall, psychiatre et membre de la cellule d'urgence médico-psychologique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne