Incendie meurtrier : un policier "était prêt à sacrifier sa vie pour sauver des gens", témoigne une habitante

 Joséphine, voisine de palier de la principale suspecte dans l\'incendie mortel d\'un immeuble du 16e arrondissement de Paris, le 5 février 2019.
 Joséphine, voisine de palier de la principale suspecte dans l'incendie mortel d'un immeuble du 16e arrondissement de Paris, le 5 février 2019. (BENJAMIN ILLY / FRANCE-INFO)

Joséphine Laurens, rescapée de l'incendie meurtrier qui a ravagé un immeuble du 16e arrondissement de Paris, rend hommage sur franceinfo à son voisin, un jeune policier, qui les a prévenus alors que les flammes gagnaient les étages.

"J'ai entendu une voix qui criait 'Il y a le feu, sortez !'", témoigne mercredi 6 février sur franceinfo Joséphine Laurens, habitante de l'immeuble du 16e arrondissement de Paris où dix personnes ont trouvé la mort dans un incendie dans la nuit de lundi à mardi.

"Il s'est jeté dans l'action immédiatement"

Elle a tenu à rendre hommage à l'homme qui les a prévenus : "Cette voix que j'ai entendue, j'ai su après que c'était un jeune policier que je connais, qui habite l'étage au-dessus, explique Joséphine Laurens. Il s'est jeté dans l'action immédiatement, il a réveillé tous les gens du troisième étage, où il habite. Il est descendu pour sonner, et frapper quand ça ne répondait pas tout de suite, à toutes les portes du deuxième. Et il a fait la même chose au premier étage."

Il s'appelle Fabrice, je tiens à donner son nom. Il était prêt à sacrifier sa vie pour sauver des gens.Joséphine Laurensà franceinfo

Joséphine Laurens affirme par ailleurs qu'à sa connaissance il n'y avait pas d'extincteur dans l'immeuble. "Moi je n'en ai pas vu. Il m'est arrivé de monter à d'autres étages pour voir des gens, parce que je monte plus souvent à pied, je n'ai pas vu d'extincteurs. Il n'y en avait pas dans notre couloir, du moins de visible." Les extincteurs ne sont pas obligatoires dans les immeubles de moins de 50 mètres de hauteur, ce qui est le cas d'un immeuble de huit étages.

Elle a commencé par tenter d'éteindre le feu par ses propres moyens, avant de renoncer : "Ma réaction a été d'entrer chez moi dans ma cuisine et de prendre le plus grand ustensile de cuisine, le remplir d'eau et le jeter sur le feu, poursuit-elle. Ça a un peu fonctionné, j'ai fait ça à deux reprises, mais je n'avais rien d'assez grand pour que ça puisse noyer le feu. Je suis rentrée chez moi, la fumée était un peu plus épaisse, j'ai donc fermé soigneusement ma porte." Joséphine Laurens a ensuite été évacuée par les pompiers.

Vous êtes à nouveau en ligne