Incendie à Paris : la responsabilité d'Essia B. en question

FRANCE 2

Elle est l'unique suspecte de l'incendie qui a coûté la vie à 10 personnes cette semaine à Paris. Interpellée et mise en examen, son état psychiatrique va se retrouver au cœur de la procédure.

Sera-t-elle reconnue pénalement comme responsable de ses actes ? Lorsque Essia B. met le feu à son immeuble à Paris dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 février, tuant 10 personnes, est-elle consciente de ses actes ? Sa place est-elle en prison ou en hôpital psychiatrique ? Ces questions sont au cœur de l'enquête.

Privée de tout discernement ?

Un témoignage intéresse particulièrement la justice. Celui d'un voisin d'Essia B., un pompier qui venait d'avoir une altercation avec la suspecte. "Il croise alors dans le couloir sa voisine, qui lui dit : 'Regarde-moi bien dans les yeux. Toi qui aimes les flammes, ça va te faire tout drôle quand tout va exploser'", a rapporté Rémy Heitz, le procureur de la République de Paris. Arrêtée en état d'ébriété peu après le début de l'incendie, Essia B. est désormais en détention provisoire. C'est maintenant aux experts de dire si un trouble psychique l'a privé de tout discernement. Ces dix dernières années, Essia B. a été hospitalisée en psychiatrie 13 fois. Son dernier séjour à Sainte-Anne (Paris) s'était achevé le 30 janvier, soit cinq jours avant l'incendie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne