DIRECT. Incendie à Paris : la suspecte est sortie de son 13e séjour en hôpital psychiatrique le 30 janvier, confirme le procureur

Le procureur de Paris Rémy Heitz et le préfet de police Michel Delpuech, le 12 janvier 2019.
Le procureur de Paris Rémy Heitz et le préfet de police Michel Delpuech, le 12 janvier 2019. (THOMAS SAMSON / AFP)

Une femme ayant des antécédents psychiatriques et judiciaires a été interpellée, dans l'enquête sur l'incendie qui a fait 10 morts, à Paris. 

Le profil de la suspecte est au cœur de l'enquête, au lendemain de l'incendie qui a tué 10 personnes et blessé une trentaine d'autres, dans un immeuble du 16e arrondissement de Paris, mardi 5 février. Le procureur de la République, Rémy Heitz, doit tenir, mercredi 6 février, une conférence de presse pour faire le point sur les investigations.

13 séjours en hôpital psychiatrique. La mise en cause, Essia B., a effectué "13 hospitalisations au sein de l'hôpital psychiatrique Sainte-Anne, entre 2009 et 2019", indique le procureur. Le dernier a pris fin le 30 janvier 2019. Aucune condamnation ne figure à son casier judiciaire, mais elle a été mise en cause dans deux procédures en 2016, dont l'une pour avoir mis le feu à des vêtements dans un magasin.

Admise à l'infirmerie psychiatrique. La femme interpellée non loin des lieux, qui habitait l'immeuble, a été admise à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police (IPPP), quelques heures après avoir été placée en garde à vue. "Si son état de santé n'évolue pas, elle pourra faire l'objet d'une mesure d'hospitalisation d'office, a précisé le procureur. Il reviendra ensuite à des experts psychiatres d'indiquer si son discernement était altéré ou aboli au moment des faits".

Dix morts et 32 blessés. Il a fallu plus de cinq heures aux pompiers pour maîtriser le feu qui a également fait 32 blessés dont huit pompiers. Plus d'une cinquantaine de personnes ont dû être évacuées en urgence, à l'aide de grandes échelles et de cordes notamment. La complexité des lieux, l'immeuble étant situé sur cour, a rendu l'intervention des pompiers particulièrement dangereuse.

Vous êtes à nouveau en ligne